RDC/Beni : Un mort et plusieurs blessés dans une embuscade des ADF sur la route Beni-kasindi

Un chauffeur a été tué par balle dans une embuscade jeudi soir à Kitsanga, à 10 kilomètres à l’est de la ville de Beni, sur l’axe routier Beni-Kasindi. Trois personnes en sont sorties blessées.

Selon les témoins, le véhicule piégé revenait de Kasindi, et l’attaque est attribuée aux présumés rebelles d’Allied democratic forces (ADF) actifs dans la région.

Ce vendredi avant-midi, le trafic était momentanément suspendu sur cet axe routier qui relie l’est du pays à l’Afrique de l’est. Sur le même tronçon, le groupe Etat islamique a revendiqué une attaque survenue samedi 14 septembre dans le village Kitsanga-Rizeri. L’EI affirmait avoir tué et blessé plusieurs soldats des FARDC et casques bleus.

Deux véhicules de transport de marque Dyna et Isuzu sont tombés dans une embuscade des rebelles présumés des forces démocratiques et alliés (ADF), dans l’après-midi de jeudi 19 septembre 2019, entre Kichanga et Rizerie à Nyaleke, sur la route Beni-Kasindi. Bilan : un mort, plusieurs blessés et des biens emportés.

C’est vers 15 heures que les assaillants ont coupé la route à ces véhicules chargés des produits pharmaceutiques, des poissons et autres biens de consommation. Ils ont tiré sur les passagers et pillé les biens. Les militaires, dont la position est située à quelque 3 km du lieu du drame, sont intervenus et un affrontement s’en est suivi. Les assaillants ont fui vers la brousse avec un otage abandonnant derrière eux quelques biens pillés.

Ce vendredi 20 septembre, les autorités militaires sont descendus sur le lieu de drame est ont constaté que le véhicule était renversé et le corps du chauffeur (M. Kamale), mort par balle, gisait à côté. Ils ont également trouvé trois bombes artisanales que les assaillants ont laissé tomber pendant leur fuite.

 

Les autorités de la justice militaire ont conduit les personnes blessées à l’hôpital général de référence de Beni et laissé à la morgue la dépouille du chauffeur.

La cour militaire opérationnelle du Nord-Kivu a ouvert une enquête judiciaire contre les auteurs de cette attaque et affirme que les premiers éléments conduisent vers la piste des collaborateurs du groupe qui a attaqué.

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*