Exposition « Kinshasa Chroniques »: l’art congolais à l’honneur en Belgique et en France

L’exposition « Kinshasa Chroniques » se déroulera du 14 octobre 2020 au 11 janvier 2021 à la cité de l’architecture à Paris, tandis que le Musée MAS à Anvers, en Belgique, abritera l’exposition « 100 x Congo. Un siècle d’art congolais à Anvers ».

Ce sera pour la première fois que la Cité de l’architecture et du patrimoine présentera une grande exposition d’art contemporain pour interroger la ville et ses représentations, indique l’institution. « Le parcours propose une approche de la capitale congolaise, Kinshasa, troisième ville d’Afrique par la taille, née du regard d’artistes dont la pratique est ancrée dans une expérience intime de l’espace urbain », explique-t-on.

Pour ce faire, fait savoir la cité de l’architecture, 70 artistes congolais, membres pour la plupart d’une très jeune génération de créateurs raconteront, dans cette exposition, la complexité et la richesse de la capitale congolaise. « Photographie, BD, performance, vidéo, peinture, slam, etc :  leurs travaux offrent de multiples points d’entrée pour penser l’espace urbain kinois. Les œuvres présentées constituent ainsi une écriture plurielle, novatrice et engagée où s’exprime une lecture de la ville comme creuset des possibles. Avec ses quelques treize millions d’habitants et 85% de sa surface auto-planifiée et auto-construite, Kinshasa peut, en effet, être perçue comme le révélateur d’une nouvelle façon de produire la ville ».

Une exposition en 9 chroniques

L’exposition « Kinshasa Chroniques » s’articule autour de neuf chroniques : performance, sport, paraître, musique, capital, esprit, débrouille, futur et mémoire. « Les thématiques sont diverses mais n’ont pas pour objectif d’offrir une vision englobante et exhaustive de Kinshasa. Ces chroniques peuvent d’ailleurs être abordées de manière linéaire ou bien selon l’intérêt et l’envie des visiteurs, en faisant des sauts, des impasses, des allers et retours », explique-t-on.

Engagés à la recherche de manières nouvelles de dire et d’imaginer la ville, tant formellement qu’éthiquement et politiquement, les concepteurs que l’on rencontre dans cette exposition mettent radicalement à mal clichés et images faciles. Ils disent, par la plastique, par le verbe, par le son, Kinshasa telle qu’elles et ils la voient, la vivent, la questionnent, l’imaginent, l’espèrent, la contestent.

Un siècle d’art congolais à Anvers

Il y a exactement cent ans, en pleine période coloniale, la ville d’Anvers est entrée en possession d’une collection congolaise. Pour ce faire, l’exposition « 100 X Congo », indique le MAS, met à l’honneur cent pièces phares. « Quelles histoires s’y cachent ? Comment sont-elles arrivées ici ? Quelle était leur signification pour les peuples congolais ? Et où se trouve l’avenir de la collection ? », s’interroge le MAS, en indiquant que le public pourra découvrir comment se sont déroulés les premiers contacts entre l’Europe et l’Afrique ; comment les maîtres anversois ont représenté les Africains et pourquoi les Congolais ont été exhibés lors des expositions universelles. Le public découvrira également l’impact des missions sur la culture congolaise lors de la colonisation et comment les Congolais voyaient-ils le blanc (mundele).

Pour cette exposition, indique le MAS, le musée collabore avec des artistes et des chercheurs belges et congolais, en entrant en dialogue avec des résidents anversois d’origine belge et africaine. L’exposition permettra ainsi de mener une réflexion sur l’image des Africains et sur le passé, le présent et l’avenir de la collection congolaise.


Adiac-congo /provinces26rdc.net

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*