le FCC appelle à un rétablissement du réseau Internet coupé

Le Front commun pour le Congo (FCC), la coalition au pouvoir en République démocratique du Congo, a demandé mercredi au gouvernement de procéder « rapidement au rétablissement » de l’internet, coupé sur demande des autorités lundi au lendemain d’élections à hauts risques pour désigner le successeur du président Joseph Kabila.

« Le Front commun pour le Congo [FCC] en appelle aux autorités compétentes à se montrer souples en procédant rapidement au rétablissement, sur toute l’étendue du pays, de ce support important de communication », a déclaré à la presse Barnabé Kikaya Bin Karubi, l’un des porte-parole de la coalition au pouvoir.

Le FCC soutient à l’élection présidentielle le « dauphin » du président Kabila, l’ex. ministre de l’Intérieur Emmanuel Ramazani Shadary.

« Cette coupure handicape, entre autres, le bon fonctionnement de notre système de récolte et de compilation des résultats », a ajouté M. Kikaya, un conseiller du président Joseph Kabila.

L’accès à internet et aux réseaux sociaux a été coupé sur demande des autorités congolaises pour une durée indéterminée au lendemain des élections du 30 décembre.

La raison : éviter « un soulèvement populaire » dans le pays à l’heure de la compilation des résultats électoraux, avait indiqué à l’AFP M. Kikaya lui-même.

Quant aux élections proprement dites, le FCC a estimé « clairement que Kinshasa a connu un faible taux de participation, contrairement à l’intérieur du pays où les électeurs se sont déplacés en masse au scrutin et ont répondu favorablement à l’appel du candidat Emmanuel Ramazani Shadary », a indiqué M. Kikaya.

Le FCC « invite la population au calme et à attendre dans la sérénité les résultats provisoires que publiera la Ceni dans les jours qui viennent », a-t-il insisté.

La Ceni a promis de publier les résultats provisoires « au plus tard le 6 janvier », mais « en raison du comptage manuel des bulletins, cette échéance pourra être retardée », a déclaré à l’AFP l’un de ses responsables, indiquant que « la réflexion est engagée à l’interne ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*