RDC-Mbandaka : des touristes européens à la découverte des « cultures traditionnelles et richesses en forêt »

Rivière dans le parc national de la Salonga, Équateur, 2005.

Un groupe des touristes européens séjournent depuis le vendredi 20 aout à Mbandaka. Ils sont venus découvrir les « cultures traditionnelles ainsi que les richesses en forêt et en sous-sol », dont regorgent la RDC.

D’après ces touristes européens, la province de l’Equateur dispose en effet de plusieurs richesses non encore exploitées. Parmi ces richesses, a indiqué le chef de la délégation des touristes espagnols, la forêt, le fleuve et les rivières, le sol, ainsi que les objets culturels et les traditions ancestrales, qui peuvent revaloriser l’image du pays.

Ces atouts sont rares et recherchés en Europe, par exemple, et qui peuvent attirer des capitaux a la province par le tourisme, a dit Joan Riera, professeur d’Anthropologie à l’Université de Barcelone en Espagne :

« Pourquoi on vient ici ? c’est pour voir des choses qui ont disparues, qu’on a détruit chez nous. En Europe, on n’a pas de fleuve, le poisson, tout est contaminé. On ne voit pas les étoiles la nuit. Les gens sont en dépression, les gens sont gros. Les touristes qui sont dans mon groupe, ont certains de problème mental et physique », a expliqué Joan Riera.

Ces enseignants et chercheurs, pour la plupart, veulent ainsi susciter auprès des congolais le goût de conservation des essences naturelles et des valeurs culturelles en vue de créer leur propre richesse inépuisable, d’après eux.

Autre valeur qui a attiré ces touristes européens, ce sont les « croyances africaines ». Celles-ci, sauvegardent notamment l’unité, la solidarité et la convivialité, qui font défaut ailleurs.

Ce qui explique la visite que la délégation a effectuée, dès son arrivée à Mbandaka, auprès du gourou Ometa Ombala de l’église spirituelle des Noirs en Afrique, communément appelé « Nzambe ya bakoko », entendez « le Dieu des ancêtres noirs ».

Ometa Ombala a partagé son message qui consiste entre autre à la libération du peuple noir de l’esclavage actuelle de la « modernité », qui, selon lui, attire plusieurs catastrophes au pays, voire à l’humanité.

A noter que, la visite des touristes européens à Mbandaka a été rendue possible grâce au partenariat privé entre l’agence de voyage espagnole Last Places et l’agence de tourisme congolaise Danico Tours.

 

Radio Okapi/Provinces26rdc.net

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*