Mort de Congolais en Inde : Christophe Lutundula s’explique devant les élus nationaux

Des morts à répétition des compatriotes en Inde donne un prétexte suffisant au député national Célestin Engelemba Bakuwe pour adresser une question orale avec débat au vice-Premier ministre et ministre de Affaires étrangères. A la suite de cela, il veut aussi obtenir des explications de ce Warrior sur la conduite du gouvernement face à la pollution des eaux de la rivière Kasaï.

A la suite des morts répétitives des Congolais en République amie de l’Inde, Christophe Lutundula Pene Apala, vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères, doit s’expliquer devant les élus nationaux. Une question orale avec débat vient de lui être adressée par le député Célestin Engelemba Bokuwe.

Selon une correspondance transmise, le mercredi 18 août au bureau de l’Assemblée nationale, conformément aux dispositions des articles 100 et 138 de la Constitution et 167 et 168 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale, l’élu de la Tshuapa veut obtenir des réponses de ce warrior de l’équipe Sama Lukonde. Car, de son point de vue, l’Etat a, dans ses fonctions régaliennes, l’obligation de protéger ses citoyens tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de son territoire.

Sans verser dans les vieilles pratiques de loi du talion du code d’Hammourabi « œil pour œil, dent pour dent », le gouvernement congolais peut néanmoins user du vieux principe de réciprocité aux relations internationales

Trop c’est trop. Les morts répétitives des Congolais en République amie de l’Inde ne peuvent laisser indifférent plus d’un Congolais, surtout pas le législateur qu’est le député Engelemba, peut-on lire dans sa correspondance datée du 18 août 2021.

Selon l’élu de la Tshuapa qui interpelle le VPM Lutundula, il est temps que ce Warrior vienne éclairer la lanterne de la représentation nationale sur les mesures prises par le gouvernement de la République en vue d’empêcher la répétition de pareils actes dans l’avenir, surtout après que le VPM a échangé avec le chargé de mission diplomatique de l’Inde accrédité en RDC.

Dans ses réflexions, le député veut savoir si le gouvernement va exercer une véritable protection diplomatique, en saisissant la Cour Africaine des droits de l’Homme et des peuples ou la Cour internationale de Justice, comme ce fut le cas avec l’Ouganda dans l’affaire de la guerre de six jours à Kisangani.

De plus, l’élu de la Tshuapa interpelle également le VPM Lutundula sur la question de destruction massive de l’écosystème aquatique et perte en vies humaines enregistrées ce dernier temps dans la rivière Kasaï, à la suite de la pollution causée par des substances toxiques déversées en amont par une usine angolaise. De son point de vue, puisqu’il s’agit d’une violation des règles et principes du droit international et relations internationales qui réglementent les rapports entre les Etats ainsi que la pratique du bon voisinage.


Le Potentiel /provinces26rdc

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*