« Que les conclusions soient vite tirées sur la présence de l’armée rwandaise en RDC», martèle Patrick Muyaya

Le ministre de la Communication et médias, porte-parole du Gouvernement congolais, Patrick Muyaya, réagissant, jeudi, à un rapport d’un groupe d’experts de l’ONU remis au Conseil de sécurité, a souhaité que les conclusions soient vite tirées sur la présence de l’armée rwandaise en RDC, aux côtés des terroristes du M23.

« La vérité finit toujours par triompher. Nous nous réjouissons des conclusions du travail du groupe d’experts des Nations Unies. Nous espérons que les conclusions seront vite tirées pour mettre fin à l’ingérence du Rwanda et ramener une paix durable », a-t-il soutenu sur les antennes de la Radiotélévision nationale congolaise (RTNC).

L’ONU confirme le soutien de l’armée rwandaise Les Nations Unies ont confirmé le soutien de l’armée rwandaise aux rebelles du M23, auteurs de multiples exactions contre la population civile dans l’Est de la République démocratique du Congo, dans le rapport précité, affirment les médias internationaux.

« L’armée rwandaise aurait bien été présente et serait bien intervenue sur le sol congolais ces derniers mois, contre des mouvements armés, mais également en soutien d’autres groupes comme le M23 », ont-ils indiqué. Depuis mai, le M23 a mené son offensive la plus soutenue depuis des années, tuant des dizaines et déplaçant des dizaines de milliers de personnes. En juillet, il contrôlait un territoire presque trois fois plus grand qu’en mars, déclare le groupe onusien.

Ces experts affirment disposer de « preuves solides » que les troupes rwandaises combattent aux côtés du groupe rebelle M23 dans l’Est de la RDC et lui fournissent des armes et un soutien, soulignant que l’armée rwandaise a lancé, entre novembre 2021 et juin 2022, des interventions militaires contre des groupes armés congolais et des positions des forces armées congolaises. Les enquêteurs révèlent que Kigali a « fourni des renforts de troupes au M23 pour des opérations spécifiques », notamment pour « s’emparer des villes et zones stratégiques ».

Attaques conjointes M23 – soldats rwandais

La prise, le 13 juin, par les rebelles de la localité de Bunagana, dans le Nord-Kivu, est citée en exemple. Les experts ont rassemblé des images de drones, des vidéos et photos amateurs et des témoignages. Ces éléments révèlent de grandes colonnes de plusieurs centaines d’hommes près des frontières de la RDC, du Rwanda, de l’Ouganda, se déplaçant avec des uniformes similaires à ceux des Rwandais.

Deux semaines avant l’attaque de Bunagana, la base congolaise de Rumangabo était sous les tirs d’obus et d’armes automatiques. « Le M23 et les soldats rwandais ont conjointement attaqué », affirment les enquêteurs, ajoutant que des colonnes rwandaises de 900 à 1000 hommes « ont coupé la RN12 pendant des jours et attaqué, puis délogé les FARDC de leurs positions ».

Même si fin mai, l’armée congolaise a contre-attaqué, avec l’aide d’autres groupes armés. Cette enquête va à l’encontre de la position officielle du Rwanda, qui a toujours démenti les accusations du gouvernement congolais d’un prétendu soutien de son armée au M23 ainsi que la présence de ses troupes dans l’Est de la RDC. De même que le M23 a toujours nié recevoir un soutien rwandais.


ACP / Provinces26rdc.net

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*