RDC : 5 hommes armés ont arrêtés à l’hôtel Karavia à Lubumbashi en marge des travaux Zambie-RDC

Ce jeudi 13 août 2020 à l’hôtel Pullman ex-Karavia où se tient les travaux de la commission Zambie-RDC, un incident majeur s’est produit. 5 hommes armés ont été neutralisés par la police et les éléments des FARDC dans l’enceinte de l’hôtel où se tient les travaux et où est logé le VPM de l’intérieur Gilbert Kankonde.

Les travaux en commissions ont été suspendus, vu le niveau des tensions observées sur le lieu.

Les militants de l’UDPS pointe du doigt le Gouverneur Kyabula sur la disparition de 3 militantes de l’UDPS dont les corps ont été retrouvés dans la rivière Lubumbashi en scandant des chansons hostiles au FCC et à son autorité morale Joseph Kabila.

Signalons que Ces militants ont envahi l’espace réservé aux officiels et passent au contrôle systématique de tout le monde. Ces faits se déroulent sous l’œil impuissant des forces de l’ordre notamment la police et les éléments des FARDC déployés sur place.

Le VPM Gilbert Kankonde a tenté de calmer en vain les militants qui s’obstinent à vouloir à tout pris perturber les travaux suite à la présence du Gouverneur Kyabula.

Lubumbashi : attentat déjoué contre le ministre Gilbert Kankonde ?

-Trois hommes armés mais vêtus en civils ont été arrêtés ce jeudi 13 août 2020 à l’hôtel Karavia, à Lubumbashi. C’est là qu’est logé le vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, Gilbert Kankonde (UDPS), alors que le Haut-Katanga connaît de fortes tensions.

Des sources concordantes parlent d’environ 7 personnes alors d’autres indiscrétions signalent qu’elles sont trois. Les mêmes sources, indiquent que ces personnes ont été acheminées à la 22eme région militaire pour leur audition. Selon Maître Passy Mbayo, président de Copop UDPS, et des témoins cité par dépêche.cd, ces hommes auraient tenté d’assassiner Gilbert Kankonde en mission de service à Lubumbashi.

Le ministre de l’Intérieur est à Lubumbashi pour présider la 10ème session de la Commission mixte permanente Défense/Sécurité entre Congolais et Zambiens, ouverte mardi, alors que le pays voisin vient de retirer ses troupes, qui occupaient deux localités congolaises depuis mars dernier, Lubamba et Kalubamba, dans la province du Tanganyika. A l’ordre du jour: éclaircir les problèmes de délimitation de la frontière afin d’éviter la répétition d’incidents malheureux.

La présence de M. Kankonde dans la capitale du cuivre survient alors que la tension y est forte entre militants de la coalition kabiliste FCC et ceux de l’UDPS, parti dont est issu le ministre.

Le 9 juillet dernier, une manifestation de l’opposition et de l’UDPS contre des projets de renforcement de la main-mise des kabilistes sur la Justice et sur la Commission électorale nationale independante (Ceni) avaient donné lieu à des violences. Le 8 juillet, des heurts entre militants des deux groupes avaient eu lieu. Dans les jours qui suivirent, les corps de quatre militants UDPS avaient été retrouvés dans la rivière Lubumbashi, « visiblement assassinés », selon des sources locales.

Hier, mercredi, l’ONG des Etats-Unis Human Rights Watch International (HRW) a justement diffusé un communiqué au sujet de ces meurtres, indiquant: « Les enquêteurs devraient également vérifier des informations selon lesquelles les quatre hommes retrouvés morts avaient été détenus dans un bâtiment militaire à Lubumbashi », à l’issue de la manifestation du 9 juillet.


La Libre Afrique /provinces26rdc.net

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*