RDC : Adolphe Muzito dénonce « l’amateurisme au sommet de l’Etat », le discours de Tshisekedi était « creux ».

Cet amateurisme, est « organisé par la présidence elle-même,  elle se mêle des compétences du gouvernement », a-t-il déclaré.Réagissant au premier discours du président Félix Tshisekedi sur l’état de la Nation,  l’actuel leader de la coalition Lamuka,  Adolphe Muzito a dénoncé, « l’amateurisme au sommet de l’État ».

Pour cet ancien premier ministre, le président  Tshisekedi « parle comme le chef du gouvernement » et reste « incohérent ».

« Il fait la confusion sur les compétences qui sont les siennes et les compétences qui relèvent du gouvernement. Il donne des instructions aux ministres,  alors qu’ils relèvent du gouvernement », a dit Muzito.

Le président  a présenté un « discours – programme au lieu de présenter l’état des lieux, faire l’état de l’année qu’il est en train d’achever avec un déficit de plus de 400 millions de dollars et une inflation sur le marché », a-t-il déclaré .

« Il parle de l’avenir, il fait encore des promesses alors qu’il vient de totaliser 10 mois et 20 jours au pouvoir », a-t-il encore dit.

Ancien premier ministre sous Joseph  Kabila,  passé dans les rangs de l’Opposition avant la présidentielle,  Muzito dit avoir constaté que les discours du chef de l’Etat « n’a pas eu l’adhésion des députés du FCC ».

« Il était applaudi par ses militants et non par les députés du FCC qui dominent les deux chambres du parlement », commente  t- il.

Par rapport aux réformes annoncées et intentions, Muzito a affirmé que Tshisekedi « n’a pas le pouvoir de les engager, ni la légitimité ».

Il faut dire qu’il y a des points sur lesquels les cadres du Front commun pour le Congo (FCC) se réservent de tout commentaire.

Il s’agit notamment de l’intention du président de faire légaliser la double nationalité,  la restauration de la présidentielle à deux tours et de l’élection des gouverneurs de province au suffrage direct.

Actualité Le long discours du président sur l’état de la Nation, a été suivi de près par l’Opposition congolaise réunie au sein de la coalition Lamuka.

Alors que le président a vanté l’armée pour ses prouesses, Adolphe Muzito,  actuel coordonnateur de la coalition Lamuka s’est montré très critiqué.

« Il [Tshisekedi] occulte la véritable crise dans l’Est du pays, une région en proie aux depeuplements des populations (…)  des femmes violées », a déclaré Muzito, affirmant que le pays « est divisé (…). Nous n’avons pas l’impression qu’il va faire ce qu’il promet, parce qu’il n’a pas des moyens financiers à cet effet. Il a un budget très très faible. 4 milliars USD,   en réalité pour l’exercice qui s’achève , il promet 8 milliards parce que sur les 10 milliards inscrits au budget, il y a 2 milliards des ressources extérieures, sur les 8 milliards,  il ne pourra mobiliser que moins de 5 milliards. Et donc , il ne va pas financer l’armée, comme il faut », a déclaré Muzito. Cette armée « nécessite des réformes nécessaires que Tshisekedi n’a pas encore engagé », a-t-il soutenu, sans plus des détails.

Pour lui, le président « était en train non seulement de se tromper,  mais en se trompant, il a trompé le peuple congolais avec des réalisations monstres que personne ne voit sur le terrain ».

Le « vrai » état de la Nation « c’est la catastrophe », a conclu l’opposant.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*