RDC : André Mbata « Kabila doit être capable de mourir et ressusciter le 3e jour avec une nouvelle identité pour revenir à la présidence »

« Il (Joseph Kabila) est notre sénateur à vie, il ne reviendra pas comme président de la République. Parce qu’il y a une petite condition à remplir, il a toutes les chances de rentrer comme président de la République à une petite condition, s’il était capable de mourir ressusciter le troisième jour avec une nouvelle identité », a-t-il déclaré.7SUR7.CD
Au cours de sa conférence de presse tenue ce samedi 11 janvier 2020 à Kananga au Kasaï-Central, le professeur André Mbata est resté ferme sur ses précédentes déclarations, expliquant que l’ancien président de la République Démocratique du Congo Joseph Kabila, « n’a aucune possibilité » de revenir à la tête du pays. D’après Mbata, l’autorité morale du Front Commun pour le Congo, ne peut revenir à la présidence que s’il est « capable de mourir, ressusciter le troisième jour avec une nouvelle identité ».

Le constitutionnaliste ajoute qu’il y a une vie après la présidence, qu’on le laisse tranquille, il n’appartient plus au PPRD, c’est le peuple qui a dit que l’ancien président est sénateur à vie, qu’on lui donne le temps de se promener.

4/0QHeWl2ZMH-tzkky1KGEl8hmapZRaXV9ZnXUdT4g4ICHsp9lnbNhtdM

Le professeur André Mbata, élu national du territoire de Dimbelenge au Kasaï Central a, au cours d’une conférence de presse tenue ce samedi 11 janvier 2020 à Kananga, annoncé la candidature de l’actuel Chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi, aux élections présidentielles de 2023.

« Là où je suis parti (Dimbelenge, Ndlr), la base de l’UDPS est catégorique. 2023 puisque les gens en discutent, on ne laisse pas le choix à Félix Tshisekedi. 2023 il est notre candidat président de la République pour le deuxième et dernier mandat, puisque nous sommes les respectueux de la Constitution. Il doit s’y préparer », a-t-il déclaré.

André Mbata a, en outre, affirmé qu’ils ont hérité d’un pays totalement détruit.

« J’ai constaté sur terrain que le président de la République et nous mêmes, nous héritons d’un pays totalement détruit. L’œuvre des detourneurs des deniers publics, l’œuvre de blanchisseurs de capitaux et d’argent qui se transforment aujourd’hui en donneurs de leçons de bonne gouvernance. Vous avez des policiers impayés, des centaines d’enseignants non mécanisés », a-t-il ajouté.

7 sur 7.CD/Provinces26rdc.net

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*