RDC : Denis Mukwege « 21 ans après, ces corps profanés, ces vies fauchées crient non pas vengeance mais justice » (Massacres de Makobola)

Pour le prix Nobel, 21 ans plus tard, ces corps profanés et ces vies fauchées crient, pas vengeance mais justice. Et tant que cette justice ne sera pas faite leur mémoire nous hantera tous.Dénis Mukwege, prix Nobel de la paix s’est encore une fois souvenu des victimes des massacres commis à l’Est et particulièrement à Makobola où à la veille de la Saint Sylvestre, le 30 décembre 1998, des femmes furent violées avant d’être déchipté à la kalachnikov. Des hommes achevés à la machette, des corps d’enfants furent dans un “feu exterminateur motivé par la cupidité et la haine”.-«30 ans après, ces corps profanés, ces vies fauchées crient non pas vengeance mais justice. Tant que cette justice ne sera pas rendue, Makobola et les nombreux autres lieux des crimes de masse, des crimes contre l’humanité voir des crimes de génocide commis en République Démocratique du Congo resteront une plaie béante sur la conscience de notre humanité commune. Leur mémoire nous hantera à jamais. Leur mémoire continuera à s’écrire à l’encre indélébile du sang et de la honte. Leur mémoire sera un legs d’irresponsabilité de notre génération aux générations futures.» a-t-il déclaré.

Dénis Mukwege invite donc la communauté nationale et internationale à briser ce silence assourdissant qui laisse ces enfants, ces femmes, et ces hommes, les 6 millions des congolais sans sépulture.

Il insiste sur le fait que le rapport Mapping existe et contient des vérités. Ce rapport devra donc déterré des tiroirs de l’ONU dans lequel il a été “momifié” afin que les auteurs des crimes contre l’humanité, crimes de guerre et même du génocide à l’Est en payent le prix.

«Ce même silence dans lequel sont embaumés les 6 millions des morts de la guerre du Congo et pourtant le rapport mapping existe, les experts de l’ONU y décrivent méthodiquement de façon professionnelle, les lieux des massacres, leurs modus operandi, le nombre des victimes. Ce rapport devrait être déterré des tiroirs de l’ONU où il a été momifié pour qu’enfin les auteurs intellectuels et les bourreaux de Makobola Kasika soient déboulonnés de leur piédestal et du pouvoir qu’ils continuent à détenir dans la région dans l’arrogance et l’impunité”, a-t-il poursuivi.

Disons que Denis Mukwege, s’est investi depuis l’année écoulée, dans le combat pour la justice contre des crimes et massacres commis à l’Est de la République Démocratique du Congo.

En réclamant chaque fois que des recommandations du Rapport Mapping soit désormais appliquées, Denis Mukwege veut voir la justice être rendue pour toutes les victimes surtout que les bureaux circulent paisiblement et détiennent même aujourd’hui le pouvoir dans la région.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*