RDC : Des chefs coutumiers dénoncent l’exploitation illicite du pétrole « qui demeurent la principale préoccupation des autochtones » à la Tshuapa

La vice ministre de l’Environnement et Développement Durable, Jeanne Ilunga Zaina, a reçu mercredi 6 novembre 2019 à Kinshasa, une délégation des chefs coutumiers de la province de la Tshuapa, conduite par le chef Lingolo Ituka Iseka Bofango, secrétaire permanent de l’ecole Royale Kitawala.

Durant les échanges, les représentants de la communauté Kitawala et ladite délégation, ont présenté les difficultés que rencontrent les habitants de cette province.

Ces difficultés, ont-ils souligné, concernent particulièrement le secteur environnant le Parc Virunga et celui de la Salonga.

À en croire ces derniers, dans ces territoires les populations sont victimes d’une surexploitation pétrolière, illicite. Ils affirment en outre que cette exploitation « illicite » est un facteur qui handicape la préservation de la biodiversité ainsi que la lutte contre le réchauffement climatique.

Jeanne Ilunga Zaina a promis à ses invités son implication de telle sorte que les droits des autochtones soient respectés et que les exploitants pétroliers respectent les limites leur imposées par la loi.

ACTUALITE.CD

L’exploitation illicite du pétrole reste la principale préoccupation des autochtones dans la province de la Tshuapa. C’est ce message que les chefs coutumiers de cette province sont venus livrer, le mercredi 06 novembre, à la vice-ministre de l’Environnement et du Développement durable, le Dr Jeanne Ilunga Zaina.

Au cours de cette entrevue, les représentants de la communauté Kitawala et la délégation des chefs coutumiers, conduite par le chef Lingolo Ituka Iseka Bofango, secrétaire permanent de l’école royale Kitawala, ont présenté sans ambages, les difficultés que rencontrent les habitants de cette province, précisément dans le secteur environnant le Parc national des Virunga et celui de la Salonga.

Dans ces territoires de la province de la Tshuapa, indiquent ces deux délégations des autochtones, les habitants sont victimes d’une surexploitation pétrolière. Cette activité illicite se présente comme le facteur majeur qui handicape la préservation de la biodiversité ainsi que les efforts de la lutte contre le réchauffement climatique.

Provinces26rdc

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*