RDC : Dix sénateurs américains insistent pour la constitution d’une enquête spéciale sur la mort des experts de l’ONU

NEW YORK, 30 août (Xinhua) -- Les représentants participent à une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU au siège de l'ONU à New York, le 30 août 2012. La réunion a été convoquée par la France, qui assume la présidence tournante du Conseil pendant ce mois-ci. Fin

Dix sénateurs américains, conduits par leurs collègues Pat Roberts et Cory Booker, insistent auprès de Nikki Haley, ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU, pour obtenir une enquête internationale spéciale sur la mort des experts de l’ONU, Michael Sharp et Zaidan Catalan.

Dans une lettre envoyée ce samedi 8 juillet 2017 à Nikki Haley, les dix sénateurs ont souligné les circonstances suspectes entourant le décès des experts de l’ONU.

« Nous sommes confortés à l’idée qu’une commission d’enquête de l’ONU ait déjà été nommée et doit débuter officiellement son enquête … » indique la lettre. « Cependant, nous comprenons également qu’il ne cherchera pas à identifier les auteurs ou ce qui est arrivé à l’interprète et aux conducteurs congolais de M. Sharp et de Mme Catalán. Les circonstances de cette affaire exigent un niveau de contrôle supérieur« , dit la lettre.

« La position déraisonnable du gouvernement de la RDC ne doit pas entraver la poursuite de la justice… Par conséquent, nous vous exhortons à travailler rapidement avec le Secrétaire général Guterres pour diligenter une enquête spéciale, indépendante, transparente et complète de l’ONU sur les meurtres de M. Sharp et de Mme Catalán et de veiller à ce que cette enquête soit menée en collaboration et en coordination avec d’autres enquêtes en cours et menées par les autorités nationales compétentes . »

Les signataires de la lettre : les sénateurs Ed Markey (D-MA), Jerry Moran (R-KS), Lisa Murkowski (R-AK), John Kennedy (R-FL), Chris Coons (D-DE), Susan Collins (R-ME), Richard Durbin (D-IL) et Jeff Merkley (D-OR), Pat Roberts (R-KS)  et Cory Booker (D-NJ).

Pour le contexte, la 35e session des Droits de l’homme, tenue à Genève, avait convenu qu’un groupe d’experts sera envoyé dans les Kasaï et déposera le résultat de ses investigations aux autorités judiciaires congolaises.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*