RDC : grogne à la SNCC Mwene Ditu, les agents réclament leurs salaires(Lomami)

Sans salaire ni matricule, les tâcherons de la société nationale des chemins de fer du Congo (SNCC) Mwene Ditu exigent de leur employeur le paiement de tous leurs arriérés. Cette grogne fait suite à un document à signer leur parvenu de la hiérarchie  dont le contenu laisse croire que l’employé devra se prendre en charge en cas d’accident de travail. Chose qui ne peut se faire, regrettent-ils.

« Nous avons travaillé à la SNCC il y a plusieurs années comme tâcherons et cela sans salaire ni matricule […] Nous avons reçu le document d’exonération pour que si on ne signe pas, on ne travaille pas […] Parfois, ils nous donne 2500Fc par mois et 40.000Fc, selon les catégories, et cela irrégulièrement […] Il y a ceux là qui totalisent 5 ans, 8 ans voire 15 ans mais ils n’ont jamais signé un contrat avec la société. […] Nous sommes les moteurs de la SNCC, en cas de déraillement nous intervenons », ont-ils soulevé dans une déclaration face à la presse, jeudi 26 décembre.

Ces agents qui demandent l’implication du chef de l’État Félix Tshisekedi dans ce dossier, affirment avoir travaillé dans des conditions difficiles pendant le phénomène Kamwena nsapu.

« Pendant la guerre de Kamwena nsapu, ils nous ont envoyé dans les sections ferroviaires pour travailler et ici plusieurs entre nous étaient victimes de ces miliciens qui nous arrêtaient pour nous décapiter […] mais aujourd’hui ils nous amènent ce fameux document pour signer à notre défaveur et de se prendre en charge en cas d’accident […] Nous demandons l’implication du chef de l’État dans ce dossier », ajoutent ces agents.

Contacté, le coordonnateur d’exploitation (coordex) de la SNCC Mwene Ditu s’est réservé de tout commentaire.

l’Assemblée provinciale accorde un moratoire d’un mois au ministre de l’EPST pour mettre de l’ordre dans son secteu

-Le ministre provincial de l’enseignement primaire, secondaire et technique, Jean Banga Ngoyi était ce jeudi 26 décembre devant les honorables députés provinciaux réunis dans une séance plénière sous la houlette du président de l’Assemblée provinciale, Valdo Tshibangu Muakas.

Dans une motion d’interpellation du député Nathan Ilunga Numbi, le ministre Jean Banga a répondu en quatre axes à toutes les questions des élus provinciaux après deux heures de temps moratoire lui accordé, sans pour autant convaincre la représentation provinciale de Lomami. Les éléments de réponse ont notamment porté sur le tirage des photos passeports des candidats finalistes, la remise de trois fiches aux élèves de 6ème, suivi et application des instructions, qui constituent des problèmes dans le milieu scolaire.

Invité au perchoir par l’honorable président pour conclure, l’auteur de la motion a accordé au ministre Jean Banga un moratoire d’un mois de travail succinct en vue de lutter contre toutes les antivaleurs qui rongent le système éducatif à Lomami.

L’élu de Lamuka a, par ailleurs, invité le ministre de l’EPST interpellé à fournir un rapport détaillé sur la détention du matériel informatique destinés aux antennes Secope qui ne sont jamais arrivés à destination.

mediacongo.net/Provinces26rdc.net

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*