RDC : Héritier Watanabe et sa partenaire sexuelle en liberté provisoire(Kinshasa)

Les auteurs présumés d’une sextape balancée sur les réseaux sociaux le jeudi 14 novembre dernier, le chanteur congolais Bondongo Kabeya alias Héritier Watanabe et sa partenaire sexuelle n’auront passé que quelques heures au Centre Pénitentiaire de Rééducation de Kinshasa (CPRK), ex Prison Centrale de Makala ont été ce lundi 18 novembre 2019.

Ils ont obtenu une liberté provisoire a dit le commissaire divisionnaire adjoint, Sylvano Kasongo, patron de la Police Nationale Ville de Kinshasa.

Le chanteur congolais Bondongo Kabeya alias Héritier Watanabe et sa partenaire sexuelle arrêtés samedi dernier ont été acheminés ce lundi 18 novembre 2019 au Centre Pénitentiaire de Rééducation de Kinshasa (CPRK), ex Prison Centrale de Makala. Auteurs présumés d’une sextape balancée sur les réseaux sociaux, les deux « partenaires » sont poursuivis pour « atteinte à la pudeur » le commissaire divisionnaire adjoint, Sylvano Kasongo, patron de la Police Nationale Ville de Kinshasa.

Les articles 167 et 168 du décret du 30 janvier 1940 portant code pénal général, tel que modifié et complété par la loi n° 06/018 du 20 juillet 2006, prévoient et punissent l’attentat à la pudeur. En effet, l’article 167 définit l’attentat à la pudeur comme tout acte contraire aux mœurs exercé intentionnellement et directement sur une personne sans le consentement valable de celle-ci. L’expression « tout acte » utilisé ici par le législateur renferme globalement tout fait illicite et intentionnel qui porte atteinte aux bonnes mœurs.

Et l’article 168 du code pénal dispose que l’attentat à la pudeur commis avec violences, ruse, ou menaces sur des personnes de l’un ou de l’autre sexe sera puni d’une servitude pénale de six mois à cinq ans. Cependant, ce qui est réprimé par le code pénal n’est pas le fait de se filmer pendant ses ébats sexuels qui du reste est un droit, mais plutôt le fait de diffuser, c’est-à-dire de mettre à la disposition du public des images qui heurtent la sensibilité des citoyens.

Les deux personnes vont rester en détention en attendant le procès.

Arrêtés le samedi 16 novembre dernier en exécution d’un mandat d’amener et après avoir été auditionnés, le magistrat instructeur du parquet de grande instance de Kinshasa/Gombe a ordonné leur transfert au CPR au courant de la journée, pour une détention préventive, pendant que l’instruction de leur dossier se poursuit. Les deux « partenaires » ont été arrêtés par la police pour « atteinte à la pudeur » et « proxénétisme ». L’artiste a défrayé la chronique la semaine dernière par sa sextape teintée d’une conversation. Le chanteur apparaît plaisant, en filmant lui-même la scène érotique.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*