RDC-Kwilu : réconciliation entre deux ethnies, après 11 ans de conflit foncier à Gungu

Les ethnies Kombana et Kiehu, dans le territoire de Gungu (Kwilu) se sont réconciliés, mardi 2 aout, après 11 ans de conflit de foncier.

La cérémonie de cette réconciliation a été organisée au cours d’une réunion du comité de sécurité à Gungu, chef-lieu de ce territoire.

A l’initiative de l’administrateur du territoire assistant  de Gungu, ces deux ethnies ont décidé de vivre en parfaite harmonie et leurs chefs se sont salués.

Le président de la société civile de Gungu, Joachim Kusamba a salué cette initiative et a souhaité que cette réconciliation se fasse aussi au niveau de la base.

« Cette réconciliation se fait au niveau du chef-lieu du territoire, c’est une bonne chose, c’est déjà un pas. Mais ces deux chefs des groupements devraient descendre à la base, donner un message de paix pour que les deux populations Lunda ainsi que Pende puissent se réconcilier », a-t-il recommandé.

Cette réconciliation intervient une semaine après que ces deux ethnies se sont affrontées au village Kakoyi.

Ces accrochages avaient causé 6 morts et de nombreux blessés.

Kwilu : un conflit de leadership fait cinq morts et deux blessés graves à Kakoy (Société civile)

-

Joachim Kusamba, président de la société civile du territoire de Gungu

La société civile du territoire de Gungu, province du Kwilu dans le Sud-Ouest de la République démocratique du Congo (RDC) annonce la mort de cinq personnes à Kakoy suite à un conflit de leadership opposant les Pende et les Lunda, à plus de 20 kilomètres de Kikwit.

La même source affirme que ce conflit a également fait deux blessés graves et un disparu.

« Kakoy est une localité habitée par les Pende et les Lunda. Depuis 2011, les deux camps se disputent la gestion de cette localité. Chaque partie tient à ce que quelqu’un d’elle dirige Kakoy. En 2011, suite à ce conflit, les Lunda qui s’étaient retirés de Kakoy étaient allés vivre ailleurs. Revenus en 2022, une grande bataille à coup de machette a éclaté hier, faisant ainsi ces morts, blessés et disparu », explique Joachim Kusamba, président de la société civile du territoire de Gungu.

Il a ajouté que suite à ces incidents, la police a arrêté le chef de terre ainsi que six autres personnes considérées comme des meneurs.

« La justice fait son travail », a-t-il conclu.

Radio Okapi/Provinces26rdc.net

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*