RDC : la route nationale n°8 dans un état de délabrement très avancé(Équateur )

Longue de 128 km, elle constitue l’épine dorsale de l’économie de la ville de Mbandaka dans les échanges commerciaux à partir de gros véhicules, petits véhicules et les motos. « Si les autorités n’interviennent pas, en tout cas, il y aura beaucoup de morts comme ça été auparavant », a-t-il alerté.La route nationale numéro 8 qui relie la ville de Mbandaka au territoire de Bikoro, dans la province de l’Équateur, est devenue  impraticable, rapporte à Media Congo Press (MCP), M. Mpela Eugène, un conducteur de gros engins.

Au niveau de Longueur sur 24 ponts en bois délabrés, le gouvernement provincial et d’autres personnes de bonne volonté ont réhabilité 10 ponts en béton armé. Malheureusement, les travaux n’étaient pas achevés. Les 14 ponts restants constituent un casse-tête pour les opérateurs économiques du secteur de transport dans la province de l’Équateur. Le trajet de 2 voire 4h du temps est passé à 11h du temps jusqu’à toute une journée pour atteindre Bikoro, et vice-versa. En cas de panne ou d’accident, il faudrait attendre jusqu’à 5 jours pour voir la route dégagée. Cela a un impact négatif sur certains produits tels que  piments, feuilles de manioc, tomates qui pourrissent en cours de route et cela constitue un grand manque à gagner pour les paysans.

C’est depuis plusieurs semaines que la route se trouve dans cet état, avec comme conséquences, une rareté des produits sus évoqués. Les prix de ces denrées qui généralement, sont commercialisés entre 1000 et 2000 fc ont doublé voire triplé. De même qu’à Bikoro, la rareté des produits manufacturés à l’image du sucre, sel et farine a fait grimper les enchères.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*