RDC : l’accréditation à 25000fc (confinement de Matadià

Pathy Nzuzi, maire de Matadi vient de prendre un arrêté de confinement de la ville du 22 au 25 mai 2020. Les services essentiels pourront cependant exercer leur activité, moyennant un jeton spécial du Maire qu’il faudra payer.

« 25000fc (13$) », c’est le prix à payer pour exercer ses activités pendant le confinement de Matadi, de vendredi 22 à dimanche 25 mai, à minuit, » indique l’arrêté lu par le Maire devant la presse. Tel est le coût du jeton spécial délivré par Pathy Nzuzi.

Sont autorisées ces 72 heures moyennant ce jeton, les activités essentielles : SNEL, Regideso, hôpitaux et centres de santé, dépôts pharmaceutiques, pharmacies, ports et les services y oeuvrant.

Les sociétés de gardiennage elles, doivent établir et envoyer à la Mairie, la liste de leurs agents qui seront en mouvement ces trois jours, pour l’obtention de l’accréditation. Le jeton est cependant individuel. « Il est individuel et son coût est de 25000fc pour inciter ces services à faire appel à moins d’agents possible pendant le confinement », précise un agent de la mairie. Mais d’ores et déjà, des entreprises se ruent pour acquérir le précieux sésame. « Notre activité est tellement importante que nous ne pouvons nous permettre un manque à gagner ce week-end. Aussi, nous avons résolu de faire ccréditer nos agents qui seront de service pendant le confinement. Après tout, 25000fc ne représentent rien par rapport aux bénéfices que nous allons réaliser les trois jours que dureront le confinement », relativise ou minimise un cadre d’une entreprise de la place.

Morgue fermée, Matadi isolé

L’arrêté urbain interdit également « toute entrée et sortie de Matadi sauf sur dérogation expresse du Maire. La morgue restera elle portes closes et seul le dépôt des corps est autorisé, ajoute l’arrêté ». Ce qui étonne un chauffeur de taxi. Il affirme « être passé le week-end dernier prêt de la morgue de kinkanda d’où s’échappait une odeur pestilentielle ». « Ce reposoir, au bord de l’asphyxie, accueille des cadavres au-delà de ses capacités. Qu’adviendra-t-il lorsque les dépouilles y seront déposées sans qu’acune n’y soit retirée ces trois jours? Ceux qui sont autorisés à travailler, avec quels moyens de locomotion se deplaceront-ils? », se demande-t-elle. L’arrêté n’apporte aucune information à ce sujet.

La sanction à 25000fc

Pour faire respecter le confinement, l’autorité urbaine a prévu des sanctions. « Tout contrevenant aux dispositions prévues par le présent arrêté sera puni d’une amende de 25000fc, payable au guichet unique à la Mairie, moyennant délivrance d’un acquit libératoire », prévient Pathy Nzuzi dans son arrêté. En clair, pas d’accréditation, vous payer l’amende. Mais, une bonne frange de la population ne veut pas de ce confinement.

Devant la caméra d’une télévision ils se sont exprimés. « Nous allons sortir de nos maisons pour aller chercher de quoi survivre. Que l’on vienne nous arrêter », défie un habitant de Nzanza. « Quel objectif poursuivent les autorités en décidant de ce confinement? », s’interroge un autre. A ce sujet, l’arrêté est sans détour: « c’est pour permettre à l’équipe de riposte de faire le suivi des contacts et des cas suspects de la Covid-19 ». Ceux qui braveront l’interdit sont donc avertis. Ils trouveront sur leur chemin les services de sécurité chargés de veiller à l’exécution de cet arrêté.

Info Bascongo /provinces26rdc.net

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*