RDC : L’armée lance un numéro vert pour éviter des lynchages, retour au calme à Beni

Le calme est revenu mardi à Beni, dans l’est de la République démocratique du Congo, où l’armée a mis à la disposition des habitants un numéro vert pour dénoncer les membres présumés de groupes armés, affirmant que huit militaires ont été lynchés par erreur. Beni vit dans la psychose des attaques attribuées au groupe armé des ADF, qui ont tué plus de 100 personnes en un mois. Selon un dernier bilan mardi, cinq personnes sont mortes lundi dans des manifestations dénonçant la passivité des Casques bleus et des autorités face au massacre.

« A partir d’aujourd’hui, si vous voyez un visiteur dans vos quartiers ou avenue sans que vous sachiez qui il est, nous vous donnons un numéro vert pour vous venir en aide: +243820800005 », a déclaré lundi le porte-parole de l’armée congolaise, le général Léon-Richard Kasonga.

« Quelques minutes après avoir appelé ce numéro, une équipe d’intervention viendra prendre en charge le suspect », a-t-il assuré.

Il a ajouté que huit militaires ont été lynchés en trois jours par la population qui les avait pris pour des membres des Forces démocratiques alliées (ADF).

L’AFP a pu documenter trois lynchages, en étant témoin direct du lynchage d’un couple, samedi à Beni.

Le calme est revenu mardi dans la ville commerçante du Nord-Kivu (environ 200.000 habitants), malgré un nouvel appel à la grève lancé par un groupe de pression d’une communauté locale, « Véranda Mutshanga ».

Les commerces et marché ont ouvert normalement, et les taxi-moto ont circulé comme d’habitude.

La veille, la police avait procédé à des tirs de sommation à balles réelles toute la matinée pour disperser les manifestants.

« Pour la manifestation d’hier (lundi), il y a au total cinq morts: un policier et quatre civils », a déclaré le procureur militaire de la garnison de Beni, Kumbu Ngoma.

L’armée congolaise a assuré avoir tué 80 ADF, dont quatre des six chefs « terroristes ». Elle affirme également avoir repris des bases des ADF près de Beni.

La Mission des Nations unies au Congo (Monusco) a communiqué lundi sur le lancement d’ »actions conjointes » de ses Casques bleus à Beni avec l’armée congolaise (arrestation dimanche de membres présumés de groupes armés près de Beni, rencontres d’officiers, vol de reconnaissance). ​

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*