RDC : Le chef de l’Etat Félix Tshisekedi attend la désignation du porte-parole de l’opposition, qui sera le « contradicteur attitré »

Dans son discours sur l’état de la nation, ce vendredi 13 décembre au Palais du Peuple, devant les deux chambres du parlement, réunies en congrès, le chef de l’Etat Félix Tshisekedi a évoqué l’opposition politique en République Démocratique du Congo (RDC).

Tout en saluant le travail des opposants, il les appelle à tout mettre en œuvre pour désigner leur porte-parole, ce qu’il considère comme une victoire pour la démocratie congolaise.
« Je ne peux m’empêcher de rappeler que la désignation du porte-parole de l’opposition est une question pleinement parlementaire car ce sont les députés et sénateurs, membres de l’opposition, qui doivent désigner celui qui doit les représenter. J’invite donc les différents compatriotes concernés à mettre tout en œuvre pour que l’article 8 de la constitution produise pleinement ses effets. Et nous aurons plutôt un contradicteur attitré, notre démocratie en gagnera », a déclaré Félix Tshisekedi Tshilombo.

Pour Félix Tshisekedi, il n’existe aucune contradiction avec l’opposition quant à la volonté de construire un pays plus beau qu’avant. « Ce qui nous oppose, c’est la manière d’y parvenir mais pas la finalité, qui est le bien-être de notre peuple », a-t-il ajouté.

Contexte

‪403 députés et 82 sénateurs sont présents pour l’audition de ce grand oral en présence de Jeanine Mabunda, présidente de l’Assemblée ‬nationale et présidente pour cette année du congrès.

Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo avait prêté serment le 24 janvier 2019. La Cour Constitutionnelle, siégeant en matière de contentieux électoral, avait confirmé dans la nuit du 19 au 20 janvier sa victoire à la présidentielle du 30 décembre 2018 faisant de lui le 5e président de la RDC.

Plusieurs promesses ont été faites sur l’instauration de l’Etat de droit, la gratuité de l’enseignement primaire, la sécurisation de l’Est de la RDC, la lutte contre la corruption, la lutte contre pauvreté, etc. Ce premier discours sur l’État de la nation devrait donner des explications sur l’état d’avancement des chantiers.

Il a aussi indiqué que 21 000 militaires ont pris la relève de 11 000 autres qui avaient déjà fait plus de temps à Beni, comme le souhaitait la population.

« Nous avons permuté les 11 000 militaires qui étaient dans la zone (Beni) pour les remplacer par 21 000 hommes. Et pour ne rien faire au hasard, nous avons formé une brigade d’intervention rapide et de force spéciale qui se trouve actuellement déployée dans cette partie du territoire pour garantir la victoire à nos forces armées. Tous les moyens ont été mis en œuvre pour vaincre l’ennemi. De même, nous avons déployé les unités supplémentaires de la police nationale congolaise dans des grandes agglomérations de Beni conquises par les FARDC pour la sécurisation de nos populations. », a déclaré Félix Tshisekedi dans son discours sur l’état de la Nation.

Il a aussi vanté la qualité des officiers nouvellement déployés dans la chaîne de commandement à Beni.

Le général Fall Sikabwe a pris le commandement de la troisième zone de défense. Le général Jacques Nduru a remplacé le général Marcel Mbangu à la tête des opérations Sokola 1 à Beni, pour ne citer que ces quelques arrivées dans la région. Mais la situation sécuritaire dans la région reste au rouge. Les combattants ADF ont multiplié les attaques contre les civils depuis le lancement des opérations d’envergure fin octobre dernier. Pour le seul mois de novembre, plus de 107 personnes ont été tuées dans diverses attaques.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*