RDC : le FCC prétend avoir perdu la présidentielle parce qu’il n’aurait pas bien communiqué.(Retraite de Kisantu)

Le Front pour le Congo (FCC) termine aujourd’hui sa retraite politique entamée le mardi 25 novembre. Cette méga plateforme politique s’est donné quatre jours pour faire une évaluation de ses actions de ces dernières années et de jeter les bases pour les élections générales prévues en 2023. Le constat fait est qu’effectivement la tenue des élections du 30 décembre 2018 a débouché sur l’alternance démocratique pacifique avec la passation civilisée du pouvoir effectuée le 24 janvier 2019 entre se sortant, Joseph Kabila, et l’entrant Félix Tshisekedi. Alors que tous les médias publics et l’essentiel des médias privés étaient aux ordres de l’ancien régime, le FCC prétend avoir perdu la présidentielle parce qu’il n’aurait pas bien communiqué.

Certes le FCC a réussi à gagner les législatives nationales et provinciales, les sénatoriales ainsi qu’à placer la plupart des gouverneurs à la tête des provinces. Cependant, ce regroupement cher à Joseph Kabila s’est cassé les dents à la présidentielle. L’opposition a gagné haut la main ma magistrature suprême. D’où cette alternance démocratique que le peuple a tant attendu, depuis l’accession du pays à l’indépendance en 1960.

Cependant, les nouvelles qui nous arrivent de Mbuela Lodge est que le FCC attribue son échec à la présidentielle de décembre 2018 par un déficit de communication, à en croire son coordonnateur Néhemie Mwilanya. Il pense que si l’ancien régime avait suffisamment communiqué sur ses réalisations, il pouvait ainsi faire la totale et remporter la présidentielle.

-Pour tout observateur de l’histoire politique de la République démocratique du Congo de ce dernières années, il est faut de prétendre que le candidat président de la république du FCC a échoué parce que le pouvoir d’alors n’aurait pas communiqué suffisamment sur ses réalisations. Mais quelles réalisations. L’on sait que le quatrième président de la RDC accuse un bilan en déca de la moyenne pour ses 18 ans de règne. Et donc, il n’était plus porté par les Congolais. La conséquence a été ce vote sanction du candidat du FCC.

En prétendant le contraire c’est que le FCC vit vraiment dans une tour d’ivoire. Ce regroupement est coupé des réalités des Congolais. Ceux-ci ont honni le régime Kabila au point de se sacrifier pour exiger les élections sans l’autorité morale du FCC afin de renouveler la classe dirigeante. Cette vérité ne peut être tordue par les ténors du FCC. Continuer à multiplier des explications sur l’échec de la présidentielle qui serait tantôt due à la stratégie du Raïs n’est rien d’autre que refuser de voire les choses en face.

Tout le monde se souvient que sous l’ancien régime, tous les moyens de communication publics étaient confisqués par le pouvoir. En longueur des journées, la RTNC faisait le « djalelo » aux hommes forts du régime et seulement à eux puisque l’opposition n’a pas droit de cité dans les médias publics. Bien plus, plusieurs médias privés étaient aux ordres du régime. Au point que les médias de l’opposition qui osaient critiquer ont été tous fermés et n’ont pu être rouverts que par le nouveau pouvoir.

L’alternance que la RDC a connue résulte d’une volonté de changement des Congolais pour que le pays revienne dans le concert des nations avec un leadership crédible et épris des valeurs démocratique et de bonne gouvernance.

 


Le Potentiel /Provinces26rdc

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*