RDC : le gouverneur Izato du Nord-Ubangi serait trempé dans une affaire de détournement de fonds d’aide aux sinistrés ?

Plus rien ne va entre les populations de la cité de Mobayi Mbongo, une cité située à 25 km de la ville de Gbadolite, chef lieu de la province du Nord-Ubangi et leur gouverneur Izato Nzege. Des échauffourées ont éclaté dans la journée de vendredi 21 août 2020 entre les populations de Mobayi Mbongo en colère et les forces de l’ordre. Selon les témoins, les agents de l’ordre ont eu recours aux tirs à balles réelles pour essayer de disperser la foule. Il y aurait eu 4 blessés graves et 3 arrestations parmi les manifestants.

Le ras-le-bol persiste depuis le 13 août dernier quand les populations sinistrées lors des inondations en 2019 ont pris d’assaut les rues de Mobayi Mbongo pour réclamer le versement de l’assistance financière promise par le Programme Alimentaire Mondial, PAM. Chaque famille concernée s’attend au versement des deux paliers dont le décaissement n’est jamais clarifié. Le palier reviendrait à 120000 FC par ménage.

Pour les familles sinistrées, le gouverneur Izato en complicité avec un député provincial originaire de Mobayi aurait dissimulé le deuxième et le troisième paliers des fonds dûment versés par le PAM.

La preuve qui coince

Le tableau financier des opérations du PAM atteste que l’ensemble de 2016 ménages planifiés à Mobayi Mbongo ont bel et bien été servis pour un montant global de 241.920.000 FC. La question qui dérange est celle de savoir comment est-on parvenu au rapport final sans que l’assistance financière ne soit perçue par les bénéficiaires ?

Sur cette question, les autorités provinciales adoptent le silence alors que le territoire de Mobayi Mbongo vit depuis quelques temps dans la stupeur.

Si les soupçons de détournement qui pèsent sur l’exécutif provincial se confirment, seule la justice saura rétablir les uns et les autres dans leur droit.

Déjà enclavée, en manque de moyens pour soutenir des actions de développement et avec une très faible mobilisation des recettes de moins de 20.000 USD par mois, la province du Nord-Ubangi mérite mieux que cette situation d’instabilité entretenue.

L’exécutif provincial se doit de s’inscrire dans un élan de solidarité avec les populations sinistrées au lieu de les flouer au cas où le détournement s’avérait vrai. Le Nord-Ubangi ne doit pas devenir un navire fou. Sans maître à bord.


Zoom Eco /provinces26rdc.net

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*