RDC : Le ministère de l’industrie réduit le taux d’intérêt des crédits FPI de 9% à 6% pour les entreprises et à 4% pour les jeunes entrepreneurs

Le ministre s’attend à redistribuer les frais recouvrés sur les 145 territoires de la RDC et compte encourager l’octroi par le PFI, des crédits au taux réduit de 9 à 6 %.

Le ministre de l’Industrie, Julien Paluku Kahongya, a présenté, jeudi 17 octobre, à l’immeuble ex-Tembe na Tembe, près du Boulevard Triomphal, les grandes orientations de son ministère sur la politique industrielle de la République démocratique du Congo. Pour réussir cette politique, Julien Paluku a pris quelques mesures, notamment l’octroi des crédits aux PME et PMI à un taux réduit de 9 à 6 %, aux jeunes et femmes entrepreneurs à 4%, ainsi que le recouvrement de 150 millions de dollars américains du FPI détenus par des débiteurs insolvables.

La politique d’industrialisation de la RDC, selon Julien Paluku, repose sur deux problématiques: la finalisation du Document de politique industrielle de la RDC et le lancement du nouveau schéma d’industrialisation de la RDC. Elle vise à appuyer, pour sa matérialisation, le Programme présidentiel accéléré de lute contre la pauvreté et les inégalités (PPA-LCP) lancé par le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, le mercredi 16 octobre au Lac de Ma Vallée à Kinshasa.

Le PPA-LCP, rappelons-le, vise à sortir de la pauvreté 20 millions de Congolais vivant en milieu rural et périurbain dans les 145 territoires du pays.

Au regard du programme de son gouvernement, le ministre de l’Industrie s’engage à finaliser le document de politique industrielle de la RDC. Il s’attend à le faire valider par le Conseil de ministres en vue de sa mise en œuvre qui passera par la production du nouveau schéma d’industrialisation de la RDC.

FINANCEMENT DES PME ET PMI PAR LE FPI

Conformément à la volonté du président Félix Tshisekedi de créer une nouvelle classe moyenne d’entrepreneurs congolais qui ont pour vocation de devenir les capitaines d’industrie, in fine, de nouveaux millionnaires, le patron du ministère de l’Industrie a pris certaines mesures incitatives favorables à l’émergence des industriels congolais.

Pour réussir son programme, Julien Paluku estime que le FPI doit être mis à contribution, son objet étant la promotion de l’industrie locale en vue de l’autonomie de l’appareil de production du pays vis-à-vis de l’extérieur. Tout en veillant à l’équilibre industriel au plan national, le FPI sera mis à contribution en tant qu’instrument en appui du développement industriel.

 » CET ARGENT DOIT ÊTRE RECOUVRE « 

Parmi ces mesures, les financements promotionnels du FPI destinés à l’investissement seront désormais, accordés à un taux d’intérêt maximum de 6 % pour toutes les entreprises ; le financement spécifique à 4% des projets d’entreprises des jeunes et des femmes entrepreneurs ; la négociation du Président de la République avec la BAD en vue de lever les fonds devant permettre de constituer un Fonds de garantie pour faciliter l’accès des PME aux crédits du secteur bancaire.

Il s’agit également pour le FPI de recouvrer à tout prix ses ressources financières immobilisées à titre des créances, évaluées à plus de 150 millions de dollars américains détenus par des débiteurs insolvables.

Pour Julien Paluku,  » cet argent doit être recouvré  » par le FPI qu’il exhorte  » à privilégier une approche de règlement à l’amiable et/ou de restructuration des sociétés en difficultés « , ou, en cas d’insuccès de cette démarche, à  » recourir au recouvrement forcé « .

OPÉRATEURS ÉCONOMIQUES BÉNÉFICIAIRES DES FINANCEMENTS DU FPI A METTRE EN RÈGLE

Par conséquent, le numéro un du secteur de l’industrie en RDC invite les opérateurs économiques bénéficiaires des financements du FPI à se mettre en règle, cela étant  » un devoir citoyen ».

L’autre mesure concerne les ressources de la Taxe de promotion de l’industrie (TPI). Issues d’une parafiscalité supportée in fine par la population, Julien Paluku demande qu’elles servent à créer les emplois, les revenus et l’accroissement de la fiscalité intérieure. Cela dit, le chef de l’État veut que le FPI privilégie les projets émanant du secteur privé et/ou public avec des incidences socio-économiques certaines. Ainsi toutes les entreprises assujetties à la TPI quel que soit leur secteur d’appartenance doivent s’acquitter de cette taxe.

En plus, le ministre de l’Industrie a demandé au FPI de proscrire des crédits à caractère politique en évitant toute interférence politique de nature à dévier les interventions du FPI de son mandat tel que décliné dans le Décret n°09/64 du 03 décembre 2009 fixant ses statuts.

La RDC regorge de nombreuses PMI et PME qui n’attendent que d’être boostées financièrement pour éclore véritablement et, ainsi, produire la classe moyenne qui constitue le socle économique dont le pays a besoin pour son développement.

« Julien Paluku est sur la bonne voie. A lui donc de concrétiser sa politique industrielle », exaltent les opérateurs économiques.


Forum des As /Provinces26rdc

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*