RDC : le phénomène de morcellement mis en cause(Inondations à Kinshasa Après des pluies)

Après ces deux dernières pluies qui se sont abattues sur Kinshasa, des dégâts enregistrés sont énormes. Il est à observer que des demi-parcelles de Kinshasa, vendues sans respect des normes en vigueur sur l’habitat à Kinshasa. La ville est appelée à soulever un bâton, pour décourager des déparés.

La ville de Kinshasa est butée au problème de surpopulation et de manque de respect de loi sur la planification des habitations. En fait, des Kinois, par des conséquences d’une économie précaire, s’achètent des parcelles aujourd’hui, en demi- terrain, constate un géomètre. Le prix allant de dix mille dollars pour une parcelle entière en fonction de la commune, du quartier et de la grandeur de la parcelle. Cette situation ne facilite pas aux paisibles citoyens de se procurer une parcelle. Le recours à une demi-parcelle renvoie aux délits de la loi sur l’habitat.

Il s’observe que ce phénomène a entrainé des pratiques non tolérables. Il s’agit du manque de respect de limite, du système de voirie et drainage. Des agents du service d’habitat malintentionné se permettent de céder aux individus même des portions de terre appartenant à l’Etat. Conséquences, actuellement, des constructions pullulent sur des voies publiques, sur des infrastructures des voies de voiries drainage et sur des caniveaux.

Après des pluies, des habitants de maints quartiers se retrouvent dans une situation déplorable. Des inondations des habitations, pertes de biens et même des vies humaines. Pour pallier la situation menaçant la ville, dans le cadre de l’opération ‘’Kin-Bopeto’’, l’Administration urbain est appelée à mieux soulever le bâton, pour punir les hors-la-loi.

Kinshasa après les pluies abondantes de la nuit de lundi à mardi, Néron Mbungu fait la ronde des sites touchés

-Néron Mbungu, vice-gouverneur de la ville province de Kinshasa

La ville de Kinshasa connaît de fortes précipitations en cette saison de pluie. Celles qui se sont abattues dans la nuit du lundi 14 à mardi 15 octobre dernier, a, une fois de plus, causé des dégâts matériels dans certains coins de la ville. A cet effet, le vice-gouverneur Néron Mbungu a effectué une descente dans plusieurs sites touchés par les érosions et inondations. La tournée a débuté dans la commune de Lemba. Il a été quartiers Salongo et Livulu, pour s’enquérir de l’évolution des travaux antiérosifs débutés sous le contrôle de l’exécutif provincial.

Le deuxième citoyen de la ville a ensuite effectué une descente dans la commune de Matete à l’invitation du bourgmestre Antho Longange. Leurs échanges ont tourné autour de l’épineux problème du phénomène « Kuluna » dont la recrudescence se fait remarquée dans cette municipalité. Sur place, il s’est également entretenu avec le commandant de la police du district du Mont Amba, en vue d’arrêter des stratégies pour éradiquer ce banditisme urbain.

Continuant son périple, le vice-gouverneur s’est rendu à Mont-Ngafula sur la route By-Pass.Là, à la hauteur de l’arrêt de bus « Armée », des jeunes de cette commune ont barricadé la route afin d’attirer l’attention des autorités de la ville sur les efforts de lutter contre une érosion qui fait déjà des dégâts matériels et des pertes en vies humaines. « Certaines personnes victimes du ruissellement des eaux de pluies sont internées aux Cliniques Universitaires », ont fait savoir les jeunes révoltés.

LES TRAVAUX ANTIEROSIFS SE POURSUIVENT A DUMEZ

Après avoir réussi à les calmer, Néron Mbungu s’est dirigé vers la Cité-verte. Sur place, il s’est rendu compte de l’évaluation des travaux antiérosifs au camp Dumez, exécutés par l’Agence congolaise de grands travaux-ACGT- à l’endroit où l’érosion a englouti des maisons. A la même occasion, l’autorité urbaine est arrivée à Mbenseke Futi où l’entreprise chinoise Crec-7 s’active dans les travaux de remblayage au niveau du dépôt de la Bralima sur la route Matadi.

Néron Mbungu a déploré la démolition d’un collecteur situé près du cimetière de Mbenseke qui a entrainé des éboulements. Suite à cela, plusieurs tombes ont été emportées et les restes de corps inhumés sont sortis de terre.

Excédés par cet état de choses, les habitants en colère ont dressé des barricades sur la route nationale numéro 1 afin d’empêcher toute circulation. Le Vice-gouverneur leur a demandé d’aider les autorités à sauver ce cimetière qui est fermé officiellement.

Il a rassuré les habitants de Mitendi de sa détermination de rendre la prise en compte de leurs doléances au gouverneur Gentiny Ngobila. De leur côté les habitants de cette partie de la ville nourrissent l’espoir de voir leurs problèmes obtenir des solutions adéquates.

imcongo.com /Forum des As /Provinces26rdc

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*