RDC : l’INRB doté de nouvelles infrastructures pour mieux diagnostiquer les maladies

Ces nouvelles infrastructures sont utiles dans l’accomplissement de la mission de l’Institut, notamment la recherche, la formation et la lutte contre certaines épidémies qui affectent l’humanité à l’instar du virus Ebola et le Covid 19 (Coronavirus). L’Institut national de recherches biomédicales (INRB) de Kinshasa dispose de nouvelles infrastructures de laboratoires, des centres d’essais cliniques et d’un centre de formation.

Le centre de formation du nouveau bâtiment de l’Institut national de recherche biomédicale (INRB), abrite depuis le 17 février 2020, le tout premier atelier de formation sur le diagnostic biologique des Maladies à virus Ebola.

L’annonce a été faite ce jeudi 20 février 2020 par le Secrétaire technique du Comité multisectoriel de la riposte à l’épidémie à la Maladie à virus #Ebola (CMRE), le Prof Jean-Jacques Muyembe Ntanfum, lors de la cérémonie officielle de l’inauguration du nouveau bâtiment moderne de l’INRB par le Premier ministre, Ilunga Ilunkamba.

D’après Dr Muyembe Tamfum directeur général de l’INRB, avec ces laboratoires de haut niveau de sécurité, les chercheurs de l’INRB pourront désormais affiner le diagnostic des agents pathogènes même dangereux, de promouvoir la recherche fondamentale et la formation des professionnels de santé et la surveillance ou la gestion des maladies.

« Ces nouvelles infrastructures comprennent les centres de diagnostics et de recherches où il y a 3 laboratoires P3 de haute sécurité, trois laboratoires P2 de sécurité intermédiaire et un centre de formation où nous avons recyclé les chercheurs et les techniciens de laboratoire en techniques de virologie, d’immunologie et de bactériologie et un centre d’essai clinique, pour tester de nouveaux médicaments, de nouveaux vaccins et des nouvelles méthodes de diagnostic », a dit Dr Muyembe.

Il a invité le Parlement à voter un budget pour le fonctionnement et l’entretien de ces nouvelles infrastructures.

« Nous demandons aux autorités budgétaires, le Parlement, de voter un budget pour le fonctionnement et l’entretien de ces nouvelles infrastructures. Nous demandons aussi aux sociétés de la REGIDESO et la SNEL de veiller à fournir de façon régulière de l’eau et de l’électricité pour le fonctionnement de ce nouveau laboratoire », a plaidé Dr Muyembe.

« Ce centre est appelé à devenir un centre d’excellence #Ebola en RDC, qui connait depuis plus d’une année sa dixième épidémie à la Maladie à virus Ebola », a indiqué le professeur Jean-Jacques Muyembe en tant que directeur de l’INRB.

Vingt-six participants en provenance de dix pays amis de la République démocratique du Congo prennent part à cet atelier auquel ils sont formés par un corps professoral composé d’experts venus du Sénégal, de la France, du Burundi, des Etats-Unis et de la RDC.

Le directeur de l’INRB a signalé que ce centre de formation comprend deux salles de travaux pratiques destinées à la formation des équipes de l’INRB, aux chercheurs congolais, ainsi que d’autres pays de la sous-région.

Pour l’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Japon en RDC, Karube Hiroshi, le projet de réhabilitation de l’INRB, le plus grand laboratoire du pays, est la concrétisation de l’échange des notes signées en mai 2017, pour un montant total d’environ 21 millions de dollars américains, consistant à doter cet Institut d’un nouveau bâtiment pour les examens, la recherche et la formation des ressources.

Pour rappel, le Prof Jean-Jacques Muyembe dirige l’Institut national des recherches biomédicales depuis 1997 avec une stabilité à ce poste qui lui a permis d’imprimer une nouvelle vision à cette structure du ministère de la Santé ayant abouti à son développement actuel.

Ces infrastructures sont un don non remboursable du gouvernement japonais évalué à près de 21 millions USD.

Provinces26rdc.net

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*