RDC : Lisanga plaide pour une mission d’intervention militaire de l’ONU

Des accords de capitulation plongent la RDC dans une crise. La guerre du M23 est un cyclone tourbillonnant qui précipite le pays dans le gouffre, se dresse Lisanga Bonganga.

L’opinion se rappelle que la RDC, notre cher et beau pays est en guerre d’agression lui imposée par l’Ouganda et e Rwanda, le plongeant ainsi dans le déluge tant redouté par feu Marechal Mobutu, à cause « des accords de capitulation signés avec (ces pays Rwanda et Ouganda) et le pouvoir en place », se révolte Jean-Pierre Lisanga Bonganga, leader de la Dynamique pour une sortie de crise (DYSOC) et président de la Convention chrétienne pour la démocratie. Il n’est pas nécessaire de revenir sur les objectifs bien connus poursuivis par les agresseurs pour s’interroger sur « le rôle passif des troupes onusiennes dépêchées depuis plus 20 ans dans notre pays », dénonce la DYSOC.

Requalification de la Monusco en mission d’intervention militaire

Face à la menace persistante de balkanisation de notre pays, « la DYSOC interpelle le peuple congolais dans toute sa diversité et plus particuièrement la jeunesse, de prendre conscience avec courage et responsabilité, devant Dieu et l’histoire, pour exiger la requalification de la mission de la MONUSCO, en une mission d’intervention militaire des Nations unies », pour mettre définitivement fin à cette guerre d’agression. Par ailleurs, la DYSOC s’oppose farouchement au déploiement inopportun d’une force militaire régionale sous l’égide de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’EST, qui « risque de se muer en une force dangereuse d’occupation de notre pays ».

Non aux orgies bacchanales pendant la guerre d’agression

La DYSOC constate avec regret qu’au moment où, le pays est en guerre d’agression, « nos compatriotes sont massacrés, chassés de leurs villages, terrés dans leurs maisons et forcés à l’errance dans la forêt, à la merci des lions et des serpents venimeux, le pouvoir de l’Union dite sacrée de la nation prend le plaisir macabre d’organiser des orgies bacchanales pour danser, boire et manger en désordre, au nom d’une réconciliation fallacieuse des clans Wenge Musica, au mépris de la propagation de la pandémie de Covid-19 ».

La DYSOC dit NON au concert de l’Union dite sacrée de la nation et invite « les Kinoises et Kinois qui compatissent aux malheurs de nos compatriotes de l’Est à ne pas se rendre au stade des Martyrs le 30 juin 2022 » mais plutôt à soutenir sans relâche les FARDC et à « fêter les 62 ans de notre indépendance dans l’éveil patriotique et la méditation ».


Ouragan / Provinces26rdc.net

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*