RDC/Lualaba : Des éléphants venant de Zimbabwe troublent la quiétude des habitants du regroupement Katende Tshipoyi dans le territoire de Dilolo

Depuis près d’une semaine, une quinzaine d’éléphants venant du Zimbabwe, vandalisent les champs des habitants du regroupement Katende Tshipoyi, dans les secteurs de Luena et Kalenda dans la chefferie ndumba en territoire de Dilolo dans la province de Lualaba.

Le chef du groupement Katende Tshiyoyi ainsi que l’inspecteur territorial de l’agriculture, pèche et élevage lancent un SOS afin que les autorités compétentes prennent des dispositions concernant ces animaux.

« L’information nous est livrée par le chef du groupement Katende qui était au territoire pour rencontrer l’administrateur. Il nous a confirmé que depuis bientôt une semaine, il y d’éléphants  qui ont des insignes sur lesquels c’est écrit Zimbabwe, alors ils sont en train de saccager des champs dans cette région là et les gens ne savent plus comment se livrer à des activités champêtres. Localement on ne sait pas quoi faire par rapport à ces animaux étant donné que ce sont des espèces qui sont censées être protégées. C’est un SOS qui est lancé aux autorités compétentes afin qu’ils prennent des dispositions qu’il faut pour que les populations qui sont concernées puissent reprendre leurs activités et qu’on arrive à évacuer ces espèces », a rapporte Jacques Kapend, journaliste basé à Dilolo.

Selon ce journaliste, ces éléphants ont pris fuite de l’endroit du Zimbabwe où ils étaient dans un zoo.

Mardi 17 septembre 2019 – 14:13

FacebookTwittergoogle_plus

LinkedInEmailFacebook MessengerWhatsApp

Partager
Catégorie
Ph/actualite.cd

Les services techniques de la division provinciale de l’environnement du Haut-Katanga ont mis la main lundi 16 septembre sur 39 ivoires de plus de 10 éléphants abattus par des braconniers, et ramenés à Lubumbashi en vue de les acheminer à l’extérieur du pays.

C’est ce qu’a annoncé de la division provinciale de l’environnement du Haut-Katanga. Ce lot évalué à près de 200 Kgs a été présenté à Jacques Kyabula, gouverneur du Haut-Katanga et proviendrait du braconnage récurrent d’éléphants dans le nord de l’ex Katanga, précisément à Manono.

« Nous avons déjà commencé à travailler dans la campagne de lutte contre la coupe du bois rouge, il est aussi question de protéger les espèces rares, entre autres les éléphants. Nous ne pouvons pas permettre que ce commerce d’éléphants prenne de l’ampleur, 39 pièces d’ivoires, c’est quand même beaucoup », a déclaré le gouverneur du Haut-Katanga.

Ces ivoires ont été consignés à la Banque Commerciale du Congo (BCC) à Lubumbashi.

Selon Adams Cassinga, Président de Congo Conserv, une ONG spécialisée dans la lutte contre le braconnage et le trafic illicite des espèces fauniques en RDC,  200 kilos d’Ivoires coûteraient au moins 400.000 dollars USD sur le marché international.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*