RDC : Moïse Katumbi comme le principal favori ?(Désignation du porte-parole de l’Opposition)

Dans un courrier adressé aux deux speakers du Parlement, le député national Bienvenu Apalata Ambo, agissant en qualité de président du Groupe parlementaire de l’Opposition, demande à Jeanine Mabunda de l’Assemblée nationale et Alexis Thambwe Mwamba du Sénat de convoquer les assises devant aboutir à l’élection ou à la désignation du porte-parole de l’Opposition. La requête est conforme aux articles 18 et 19 de la Loi portant statut de l’Opposition politique en République Démocratique du Congo.

Daté du 1er octobre 2019, la lettre du député national d’obédience katumbiste risque de susciter une bagarre rangée et diviser l’Opposition compte tenu des ambitions personnelles et des leaders de cette sensibilité politique et des habitudes créées depuis la première législature de la 3ème République. Naturellement, l’enjeu concerne les membres de la coalition Lamuka.

-Au regard des forces en présence, la balance penche en faveur des Katumbistes. Les chiffres disponibles renseignent que hors les 7 députés estampillés MLC, 4 pour le groupe de Fayulu, autant pour le clan Mabaya et 1 du Nouvel Élan de Muzito, le camp Katumbi compte à lui seul 67 sièges à la Chambre basse. Il se positionne aussi comme première force de l’Opposition à la Chambre haute avec 7 sénateurs contre 4 pour le MLC et 1 pour le parti de Mabaya.

Largement majoritaire au Parlement, le chef de file de l’Opposition doit logiquement émaner du groupe des Katumbistes. Voici que le patron de cette principale force de l’Opposition composée du Mouvement social -MS-, G7, AMK et Alternance pour la République -AR- au Parlement s’appelle Moïse Katumbi Chapwe.

Désormais dans les habits du chef de file incontestable, l’ancien gouverneur de l’ex-Katanga se positionne donc comme principal favori dans la course au strapontin du porte-parole alors que le Président de la République Félix Tshisekedi a juré de respecter et faire respecter les droits de l’Opposition.

Investi dans son combat pour la vérité des urnes, le « Président élu » Martin Fayulu ne devrait pas être intéressé par ce débat.


Africanews /provinces26rdc

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*