RDC : (UDPS) se prépare aussi à gagner les prochaines élections prévues en 2023, a réagi, ce jeudi 24 octobre 2019, Jacquemin Shabani, aux propos de Ramazani Shadary

L’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) se prépare aussi à gagner les prochaines élections prévues en 2023, a réagi, ce jeudi 24 octobre 2019, Jacquemin Shabani, président de la commission électorale permanente du parti au pouvoir. Il réagit ainsi aux propos de Ramazani Shadary, secrétaire permanent du PPRD, qui a affirmé que le parti de Joseph Kabila entend remporter les élections locales, provinciales, nationales et surtout présidentielle.

Jacquemin Shabani estime que les élections de 2023 que son parti prépare avec une nouvelle ambition, ne tiendront pas compte de l’alliance « Cach-FCC ». Il explique que l’UDPS veut garder la présidence de la République après les scrutins à venir.

« S’il y a eu mariage, c’était sur base des résultats des élections du 31 décembre 2018.  Les prochains scrutins seront nécessairement une nouvelle compétition. Dans cette compétition électorale, chaque parti politique, chaque liste doit se battre d’abord pour son intérêt et, donc, je pense que ça va faire une division. Nous, à l’UDPS, nous avons l’ambition de faire encore mieux au cours de prochains scrutins, surtout en 2023. Au niveau de la présidence de la République et surtout au niveau des Assemblées provinciales et nationale », a-t-il dit.

L’UDPS dirige le pays dans une coalition “non équilibrée” avec le camp de Joseph Kabila, qui a érigé une mégaplateforme, le FCC. Agé de 48 ans actuellement, Joseph Kabila a dirigé la RDC pendant 18 ans, depuis 2001 suite à l’assassinat de son père, le président Laurent Désiré Kabila. Le PPRD est la première force politique du pays avec un bon nombre de députés, ministres, gouverneurs, mandataires publics, etc.

Photo droits tiers

En rapport avec les allégations de détournement des deniers publics sous le régime de Félix Tshisekedi telles que dénoncées jeudi à Lubumbashi par le Parti du Peuple pour la reconstruction et démocratie (PPRD), Jacquemin Shabani, président de la commission électorale permanente de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) a réagi.

M. Shabani a par contre chargé l’ancien régime de Joseph Kabila d’avoir érigé au pays un système corrompu qui gangrène la société congolaise.

« Le Président Félix Tshisekedi a battu campagne avec l’un de principaux  thèmes qui était la lutte contre la corruption. Et cette antivaleur qui gangrène la société est le fruit d’une politique mise en place par le PPRD depuis plusieurs années. Je crois que nous devons avoir non seulement la mémoire fraîche mais aussi plus de respect pour le peuple congolais lorsqu’on communique. », a-t-il réagi.

Depuis l’avènement de Félix Tshisekedi au pouvoir, certains observateurs de la politique congolaise ont dénoncé des dépenses excessives de l’institution président de la République, mais encore les détournements des deniers publics dont l’illustre reste celui de 15 millions USD de décote des produits pétroliers.

Ramazani Shadary, secrétaire permanent du PPRD qui a tenu des propos “tranchants” à l’égard “d’un partenaire au pouvoir, de surcroît chef de l’Etat”, a appelé les cadres de son parti à éviter les antivaleurs et à faire la différence.

« J’invite tous nos mandataires PPRD : ministres, chefs d’entreprises, gouverneurs, directeurs des cabinets, conseillers de se départir des antivaleurs ; surtout le détournement des deniers publics qui commence à devenir en RDC comme des faits normaux. Je vous rappelle que celui qui sera crédité d’avoir détourné même un million de FC, c’est un détournement. Et le même jour que le Parti l’apprendra, il aura signé sa démission et sera sanctionné conformément aux résolutions de ces assises et par respect envers le peuple. Rappelez-vous des souffrances de tous les fonctionnaires de l’Etat, les sans-emplois, les enseignants, les mamans maraîchères et tant d’autres… Monsieur, vous qui détournez les deniers publics, avez-vous fait la comparaison de votre salaire et avantages par rapport à celui d’un fonctionnaire ? Le PPRD comme Parti avant-gardiste vous demande d’arrêter ce comportement qui frise le banditisme politique », a-t-il lancé.

Selon le rapport sur l’Indice de perception de la corruption pour l’année 2018, publié 29 janvier par Transparency international, principale organisation de la société civile de lutte contre la corruption, la RDC est classée parmi les vingt pays les plus corrompus du monde. Avec un score de 21%, le pays occupe la 161ème place sur 180 pays évalués.

Le pays perd chaque année au moins 15 milliards de dollars du fait de la corruption et de détournement des fonds publics, avait révélé en juin 2018 Luzolo Bambi, à l’époque conseiller spécial du chef de l’Etat en matière de bonne gouvernance, lutte contre la corruption et financement du terrorisme.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*