RDC : vive tension autour de la réglementation de la pêche sur le lac Albert à Mahagi(Ituri)

Une situation à la base de plusieurs altercations entre les pêcheurs et les agents de différents services étatiques intervenant à cette tâche. Le dernier cas en date est celui enregistré le 29 janvier dernier au Camp de pêche de Ubongwa, groupement Pajulu, en chefferie des Wagongo, territoire de Mahagi (Ituri).

En effet, une équipe des patrouilleurs du service de l’agriculture pêche et élevage ont essuyé des projectiles lancées par la population lorsqu’elle tentait de saisir les matériels de pêche prohibée. Les membres de cette équipe ont eu la vie sauve grâce à l’intervention des éléments de la force navale qui ont tiré des coups de sommation pour disperser disperser ces pêcheurs.

Selon Cwinyaayi Oscar, vice-président, de la Fédération du Comité des Pêcheurs au Lac Albert (FECOPELA), les services commis à la réglementation de la pêche sur le Lac Albert (agriculture pêche et élevage, Environnement lacustre, appuyé par la force navale et police lacustre), procèdent à la saisie des matériels de pêche prohibée et par la suite les restituent moyennant l’argent et dans l’injustice totale. Une pratique qui suscite la colère des pêcheurs.

Faux rétorque, le superviseur du territorial de l’environnement et développement durable après enquête. Uyenykew Alithum Emmanuel promet d’établir la responsabilité de chacun des agents indisciplinés quant aux griefs en charge de son service.

Les autorités provinciales saisies du dossier ont instruit les autorités politico-administratives et sécuritaires locales à diligenter une enquête afin de faire toute la lumière sur ce dossier a, appri.

peut être vers un nouveau réseau de fraude pétrolière entretenu par la province du Sud-Ubangi

-C’est une lettre datant du 02 janvier 2020 que le gouverneur de la province du Sud-Ubangi a adressé à la direction générale des douanes et accises, DGDA de son entité, et par laquelle il demande l’exécution du message phonique lui accordant une exonération douanière pour l’importation de 10.000 mètres cubes de produits pétroliers via le poste douanier de Mahagi en Ituri, qui est à la base de plusieurs interrogations dans les milieux économiques de Bunia.

« Dans l’optique du démarrage des travaux des « 100 jours » initiés dans la province du Sud-Ubangi, nous avons importé 10.000 mètres cubes de produits pétroliers ( à raison de 5.000 mètres cubes d’essence et 5.000 de gasoil au près de l’importateur KL Trading SARL opérant dans la province de l’Ituri sur avenue Logo III N•75 commune Mbunya dans la ville de Bunia » écrit Jean-Claude Mabenze Gbey Benz dans ce document dont buniaactualite.com a réussi à se procurer une copie.

Ces produits commandés du Kenya devront atteindre Bunia puis être acheminés sur Kisangani, puis Mbandaka avant d’atteindre Gemena, renseigne la même source.

Cette situation paraît cependant très suspecte aux yeux de plusieurs observateurs qui y voit la naissance d’un nouveau réseau de « fraude douanière » dans cette province de l’Ituri où la pratique est monnaie courante.

« Si la province du Sud-Ubangi veut importer du carburant, la voie la plus proche serait Kinshasa via le fleuve Congo vue sa position géographique. L’Ituri me semble trop loin pour cela » estime une source ayant requis l’anonymat.

Et à une autre d’ajouter: « Vous allez voir que ces produits une fois entrés sans payer la douane, n’atteindront même pas Kisangani. Ce seront des camions de certains pétroliers de chez-nous qui vont se faire passer pour des importateurs du Sud-Ubangi ».

Nous n’avons pas réussi à joindre les autorités de la DGDA pour leur réaction.

la dégradation de l’axe Bunia-Kisangani impacte sur le prix des denrées alimentaires à Kinshasa

-Selon la ministre congolaise de l’économie, la hausse des denrées alimentaires sur le marché de la capitale Kinshasa, notamment le haricot et le maïs, est entre autres liée à la dégradation de la route nationale N°4 allant de Bunia à Kisangani.

Les camions acheminant ces vivres qui passaient jadis 2 jours pour relier les deux villes, font jusqu’à 1 mois actuellement suite au très mauvais état de la route, avec comme conséquence, plusieurs tonnes de haricot et de maïs, ainsi que d’autres produits agro-pastoraux en provenance de l’Ituri comme la pomme de terre, le poisson du lac Albert ou la viande de boeuf, pourrissent en route sans avoir atteint Kisangani pour être acheminés via le fleuve Congo sur la capitale Kinshasa, Indique madame Acacia Bandumbola Mbongo citée par RFI, propos recueillis par bunia actualite.com

Elle ajoute que le coût de ces produit alimentaires a doublé, rendant difficile la vie des kinois ces derniers jours.

Longue de plus de 700km, la RN 4 qui relie les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri à celle de la Tchopo est en terre battue et sa réhabilitation pourtant prévue dans le programme d’urgence de 100 jours du Président Félix Tshisekedi n’a jamais été effective, les derniers travaux qui avaient été financés par la banque mondiale et exécutés par l’entreprise chinoise Sino-hydro remontent à il y a environ 10ans.

Plusieurs voix ont souvent réclamé l’asphaltage pure et simple de ce tronçon qui traverse une région forestière à forte pluviométrie mais dont l’importance économique n’est plus à démontrer sur le plan national.

provinces26rdc.net

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*