RDC-Insécurité dans l’Est : Denis Mukwege plaide en faveur d’une justice transitionnelle et d’un TPI pour la RDC

Alors que l’état de siège a été décrété depuis plusieurs mois dans l’Est de la RDC, la situation sécuritaire ne semble pas s’améliorer. C’est le constat fait par Dr Denis Mukwege, appelé aussi réparateur des femmes.

Dans une déclaration, le médecin directeur de l’hôpital de Panzi, invite le chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi, de concrétiser son engagement à faire adopter une stratégie nationale holistique de justice transitionnelle et à demander à l’ONU, d’établir un Tribunal pénal international (TPI) pour la RDC, afin de rendre justice aux victimes des massacres.

En effet, Dr Mukwege déplore la persistance des massacres des populations civiles en Ituri et au Nord-Kivu, deux contrées sous état de siège depuis le mois de mai dernier.

Denis Mukwege, qui est également prix Nobel de la Paix, dénonce par ailleurs, l’assassinat de 19 civils le 27 août dernier, dans le territoire de Beni au Nord-Kivu. « C’est avec effroi que nous avons appris les récentes tueries commises au Nord-Kivu et en Ituri. Alors qu’au moins 19 civils ont été tués le 27 août dans le territoire de Beni, au moins 30 civils ont été massacrés le 3 septembre dans le territoire d’Irumu lors des attaques attribuées aux miliciens des Forces Démocratiques Alliées (ADF) », peut-on découvrir dans sa déclaration.

La paix toujours menacée

Plus loi, Denis Mukwege s’alarme du fait que l’état de siège instauré dans ces contrées, n’apporte toujours pas la paix tant souhaitée. « Malgré l’état de siège instauré dans le Kivu et en Ituri, la situation sécuritaire ne semble pas s’améliorer dans ces provinces et la crise humanitaire dramatique que les populations civiles endurent, se transforme en une véritable crise de notre humanité. La situation qui prévaut dans cette région touchée par les conflits armés depuis des décennies est la deuxième crise humanitaire la plus grave au monde quand on prend en compte les 5,2 millions de déplacés que connaît la RDC. En outre, les conflits qui ravagent notre pays depuis 25 ans, sont les plus meurtriers depuis la deuxième guerre mondiale », fait savoir ce prix Nobel de la paix et fondateur de l’hôpital général de Panzi.

Vivement une justice transitionnelle et un TPI pour la RDC

Face à l’échec des solutions politiques et sécuritaires, Denis Mukwege réitère son appel pour la mise en œuvre de la justice transitionnelle et l’établissement d’un Tribunal pénal international pour la RDC.

Selon ce gynécologue de renom, le temps est venu pour le chef de l’État Félix, Antoine Tshisekedi, de concrétiser son engagement à faire adopter une stratégie nationale holistique de justice transitionnelle et à demander de manière expresse aux Nations-Unies, l’établissement d’un Tribunal Pénal International pour la RDC et le soutien à la mise en place de chambres spécialisées mixtes pour rendre justice aux victimes des crimes les plus graves et mettre fin à la culture de l’impunité qui alimente les conflits en RDC depuis les années 1990.

Denis Mukwege invite aussi le président Tshisekedi à solliciter l’aide de l’ONU et l’adoption d’une résolution du Conseil de sécurité pour mettre en place sans tarder, une équipe d’enquêteurs intégrées au Bureau Conjoint des Nations-Unies aux droits de l’homme, comprenant entre autres des experts en anthropologie médico-légale, pour exhumer les nombreuses fosses communes dans l’Est du pays, afin de collecter et préserver les éléments de preuve d’actes susceptibles de constituer des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité et des crimes de génocide perpétrés en RDC.

MCP/provinces26rdc.net

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*