Kabila isolé, l’UNC corse son discours et adhère aux mots d’ordre de la CENCO: « Le pays va mal » et « Debout Congolais »

Le président Joseph Kabila est de plus en plus isolé. Après le G7, L’UNC de Vital Kamerhe, membre de la Coalition gouvernementale, vient, à travers une Déclaration de sa Direction politique, rendue publique lundi 26 juin, « d’approuver totalement » la Déclaration de la CENCO selon laquelle « Le Pays va mal ».

Non seulement, le parti de Vital Kamerhe approuve la Déclaration des évêques, il adhère également à leur mot d’ordre: »Debout Congolais », dans lequel les prélats catholiques avaient demandé à la population de prendre en mains son destin pour exiger la tenue des élections cette année.

L’UNC « demande à tous ses membres de se lever, comme un seul homme, pour obtenir sans autre forme de procès, la convocation des élections présidentielles, législatives nationales et provinciales avant l’échéance du 31 décembre 2017, délai convenu consensuellement dans l’Accord de la Saint-Sylvestre », dit la Déclaration de son bureau politique.

Dans cette perspective, l’UNC demande à la CENI de publier sans tarder le calendrier électoral.

Il s’agit bel et bien d’une rupture entre l’UNC et la Majorité Présidentielle.

Depuis l’Accord du 18 octobre 2016, par lequel Vital Kamerhe a tendu à Joseph Kabila, fin mandat à l’époque et hors mandat actuellement, une perche

pour une sortie honorable, ce dernier ne l’a pas saisie, regrette un cadre du parti aux couleurs rouge et blanc.

« Kabila nous a roulés! Il ne respecte aucune parole! Trop c’est trop! », lâche ce cadre.
Au nom de la paix on a pris trop de coups et de partout. Notre bonne foi a été foulée aux pieds, s’indigne-t-il.

Cette fois-ci, il ne va plus compter sur nous pour lui tirer d’un mauvais pas, a-t-il conclu.

Pour rappel, dans une Déclaration faite le 23 juin, les évêques avaient clairement pointé du doigt le régime Kabila, responsable de la crise politique, sociale et économique actuelle.
Ils avaient demandé à la population de se mobiliser, de ne pas cédez ni à la peur ni au fatalisme.

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*