RDC : Dr Jean-Jacques Muyembe «Le nombre de cas d’Ebola augmente mais nous allons reprendre les choses en main»

Le secrétaire technique du comité multisectoriel de la riposte contre la maladie à virus Ebola en RDC, Dr Jean-Jacques Muyembe Tanfum, confirme l’augmentation de cas des malades à virus Ebola, après les récentes attaques armées contre les équipes de riposte à Biakato dans la province de l’Ituri.

Selon lui, du 29 novembre au 11 décembre 2019, 34 cas ont été enregistrés dans les différentes zones de santé.

Plus de 10 cas en provenance de l’aire de santé d’Aloya ont été signalés à Biakato. Malgré les difficultés auxquelles la riposte contre la maladie à virus Ebola est confrontée, le Dr Muyembe pense « prendre les choses en main », dans les jours à venir.

« Nous voyons le nombre de cas qui commence à augmenter ça et là, mais nous ne baissons pas les bras. Nous pensons que dans les jours à venir, nous allons reprendre les choses en main. [Il faut] restaurer la sécurité avec l’aide de la MONUSCO, avec nos Forces armées de la RDC et la Police pour avoir plus de sécurité autour des centres de traitement et des logements de nos agents », déclare Dr Muyembe.

Dans cet entretien avec Billy Yvan Lutumba, il parle de zones déjà nettoyées, de l’insécurité qui freine le traitement et de projections de l’équipe de riposte.

Dr Jean-Jacques Muyembe, le 14/12/2019, lors du point du presse organisé après les attaques meurtrières de Biakato. Radio Okapi/Photo Billy Ivan Lutumba.

Le Dr Jean-Jacques Muyembe, coordonnateur du secrétariat technique de la riposte contre Ebola a affirmé que 24 zones de santé sur un total de 29 touchées par la maladie à virus Ebola sont à ce jour nettoyées du virus. Il l’a déclaré samedi 14 décembre lors d’une conférence de presse à Kinshasa.

Pour lui, les récentes attaques meurtrières contre des équipes de riposte ont « négativement cassé l’élan vers la déclaration de fin de l’épidémie ».

Les récentes attaques armées contre les équipes de riposte à Biakato dans la province de l’Ituri, par exemple, sont à la base de l’augmentation des cas de malades à virus Ebola.

Dr Muyembe fait remarquer que 34 cas d’Ebola ont été enregistrés durant la période allant du 29 novembre au 11 decembre2019. Plus de 10 cas concernent la zone de santé de Biakato.

Actuellement, explique professeur Muyembe, il y a 6 cas à Beni, 1 cas à Biena, 23 à Mabalako, 3 Mandima et 1 à Oicha.

« Les incidents ont entrainé la mort de nos agents de riposte. On a suspendu la réponse. Entretemps, les malades qui étaient à Biakato se sont répandus dans la nature et dans d’autres villes, rallumant ainsi l’épidémie », regrette le Dr Jean-Jacques Muyembe.

Les agents prêts à rentrer sur terrain

Afin de consolider les résultats de 24 zones de santé déjà nettoyées du virus sur les 29 touchées, les équipes ont été mobilisées et réconfortées.

« Ceux qui étaient traumatisés sont prêts à rentrer sur terrain. Nous nous préparons déjà à reprendre les activités. Depuis hier, c’était la vaccination. Maintenant, nous allons réouvrir les centres de traitement à Biakato et mettre les laboratoires là-bas », a indiqué le Dr Muyembe.

Biakato et Lwemba sont actuellement les foyers encore actifs qui nécessitent une vigilance plus accrue.

« Nous allons déplacer nos efforts vers ces points chauds et finir vite cette épidémie. Mais c’est le ministre de la Santé qui doit déclarer la fin de l’épidémie dans ces zones de santé. Par exemple au Sud Kivu, à Mwenga, ça fait plus de 100 jours qu’ils n’ont pas des cas », a noté le coordonnateur du secrétariat technique de la riposte contre Ebola.

Jean-Jacques Muyembe rappelle que depuis le début de cette 10e épidémie, le cumul des cas est de 3.343, dont 3.225 confirmés et 118 probables. Au total, il y a eu 2.210 décès (2092 confirmés et 118 probables) et 1088 personnes guéries.

Okapi/Provinces26rdc.net

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*