RDC-Haut-Katanga/Marche pro-Ngoy Mulunda : Le gouvernement provincial dément l’usage des armes létales par la police

Le gouvernement provincial du Haut-Katanga, via son porte-parole Joseph Kalumba, a fait une mise au point, mardi dans la soirée, sur la marche de soutien au pasteur Daniel Ngoy Mulunda organisée par l’Alliance des forces pour le bien-être des congolais (AFBC), parti de Néné Nkulu, ex-ministre du Travail.

Il a accusé les organisateurs de cette manifestation d’avoir outrepassé la décision de la Mairie de Lubumbashi, tout en apportant un démenti sur l’usage des armes létales contre les manifestants.

« Au sujet de la marche pour exiger la libération du pasteur Ngoy Mulunda et plaider en même temps pour une grâce présidentielle en sa faveur, les organisateurs ont voulu faire du forcing car n’ayant pas obtenu l’autorisation du Maire de la ville de Lubumbashi à qui ils se sont adressés. S’en sont suivies une bousculade et des attaques envers les éléments de la Police nationale congolaise qui, débordés, ont dispersé les manifestants en usant des moyens non létaux », a déclaré Joseph Kalumba, porte-parole du gouvernement provincial du Haut-Katanga.

Il a accusé les organisateurs de cette manifestation d’avoir outrepassé la décision de la Mairie de Lubumbashi, tout en apportant un démenti sur l’usage des armes létales contre les manifestants.

« Au sujet de la marche pour exiger la libération du pasteur Ngoy Mulunda et plaider en même temps pour une grâce présidentielle en sa faveur, les organisateurs ont voulu faire du forcing car n’ayant pas obtenu l’autorisation du Maire de la ville de Lubumbashi à qui ils se sont adressés. S’en sont suivies une bousculade et des attaques envers les éléments de la Police nationale congolaise qui, débordés, ont dispersé les manifestants en usant des moyens non létaux », a déclaré Joseph Kalumba, porte-parole du gouvernement provincial du Haut-Katanga.

Et de poursuivre : « Le gouvernement provincial n’étant pas habilité à autoriser une marche et n’ayant aucun pouvoir sur les affaires judiciaires ni sur l’éligibilité des candidats à la grâce présidentielle, appelle toute la population au calme, à la cohésion, à la vigilance et au respect de la procédure en ce qui concerne l’organisation des marches ».

Il sied de signaler que le député provincial Pablo Ngwej du parti AFBC a, dans une déclaration faite le même mardi devant la presse, accusé le gouverneur Jacques Kyabula d’avoir instruit le maire de Lubumbashi d’interdire la marche de soutien au pasteur Daniel Ngoyi Mulunda, incarcéré depuis janvier 2021 à la prison de Kasapa, pour haine tribale.

Cette marche a été dispersée par la police à coups de gaz lacrymogènes. À en croire les organisateurs, 55 personnes ont été blessées et 10 autres interpellées durant cette manifestation.


Actu30/ Provinces26rdc.net

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*